Besoin d’un logement social

Le logement social, c’est du logement à but non lucratif. Il est en dehors de la logique du profit. Sa vocation est de loger les gens à revenus faible et modeste. Il appartient à la collectivité plutôt qu’à des intérêts privés. De plus, il est subventionné par les gouvernements, ce qui lui permet d’offrir des logements à un prix qui respecte la capacité de payer des locataires ou à tout le moins qui est inférieur au prix du marché.

Il existe trois grandes formes de logement social: les habitations à loyer modique (HLM), les coopératives d’habitation (COOP) et les organismes sans but lucratif (OSBL) d’habitation.

Les habitations à loyer modique (HLM)

Les HLM sont des logements à propriété publique ; ils sont gérés par les Offices municipaux d’habitation (OMH).

Les HLM sont essentiellement destinés aux ménages à faible revenu. On en trouve pour les personnes âgées et pour les familles (incluant les personnes seules et les couples). Tous les loyers sont à 25 % du revenu.

Certaines conditions s’appliquent pour être admissibles à un HLM, comme le revenu du ménage et la citoyenneté. À l’OMH, les demandes sont classées en fonction d’un pointage tenant compte d’éléments comme les revenus et l’ancienneté. Certaines demandes peuvent être considérées comme prioritaires, par exemple les cas de violence conjugale, de sinistre ou de logement déclaré insalubre.

Pour accéder à un HLM, vous devez vous inscrire sur la liste d’attente de l’OMH de votre municipalité.

Pour plus de renseignements ou pour vous inscrire sur une liste d’attente vous pouvez contacter :

Les coopératives d’habitation (COOP)

Les coopératives sont gérées par les membres qui en sont collectivement propriétaires, tout en étant locataires de leur propre logement.

Ce sont les membres de la coopérative qui voient à la gestion et à l’entretien des bâtiments. L’implication est donc le mot à retenir lorsque l’on veut y vivre. La participation des membres est obligatoire pour la réussite de la coop. On peut s’impliquer en étant membre du conseil d’administration ou d’un comité (finances, entretien, etc.). L’implication passe aussi par la participation aux assemblées générales et aux tâches collectives (corvées de peinture, ménage des espaces communs, etc.).

C’est l’assemblée générale qui fixe les loyers qui sont inférieurs au prix du marché. Une partie des locataires, à plus faible revenu, peut bénéficier de subventions leur permettant de payer un loyer respectant leur capacité de payer (généralement 25 % de leur revenu).

Les coopératives choisissent elles-mêmes leurs membres-locataires. Les demandes de logement doivent être faites séparément, pour chaque coopérative. Habituellement, on peut obtenir la liste des coopératives d’habitation de sa localité en communiquant avec la fédération locale de coops.

Les organismes sans but lucratif (OSBL) d’habitation

Les logements sans but lucratif appartiennent à un organisme sans but lucratif (OSBL). Le conseil d’administration de l’OSBL est généralement composé de locataires et d’intervenantEs du milieu.

Les OSBL sont souvent destinés à des locataires vivant des situations particulières (personnes âgées, personnes itinérantes, etc.). Dans ces cas, un soutien communautaire peut être offert : accompagnement auprès des services publics, aide pour faire un budget, animation du milieu de vie, etc.

Les locataires à plus faible revenu reçoivent des subventions qui leur permettent généralement de consacrer 25 % du revenu au loyer. Les autres ont un loyer inférieur à celui du marché.

Les OSBL d’habitation choisissent eux-mêmes leurs locataires. Les demandes de logement doivent être faites séparément, pour chaque OSBL. Habituellement, on peut obtenir la liste des OSBL d’habitation de sa localité en communiquant avec sa fédération locale d’OSBL.