Mesures d’aide aux locataires en vue du 1er juillet: un début de réponse trop timide

Québec et Montréal, le 29 avril 2020 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) accueille positivement l’annonce par la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, de deux mesures en habitation visant à venir en aide aux ménages locataires affectés par la crise sanitaire. Celles-ci incluent un système de prêts sans intérêts et un programme d’aide à l’hébergement d’urgence pour les ménages en attente d’un logement dont la construction est retardée. Le regroupement est cependant extrêmement déçu qu’aucune aide ne soit encore annoncée pour rassurer les locataires n’ayant pas renouvelé leur bail et qui n’auront pas réussi en à trouver un autre en vue du 1er juillet.

Lire la suite »

Logement et COVID-19: Un plan d’action est nécessaire maintenant en vue du 1er juillet

Montréal, 9 avril 2020 – Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) et le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) sont très déçus des réponses fournies aujourd’hui par le premier ministre François Legault concernant la situation des locataires du Québec devant déménager le 1er juillet. M. Legault affirme qu’il est encore trop tôt pour décider du report des déménagements et de la prolongation des baux, évoquant même que cela sera étudié « dans les prochaines semaines ». Pour les deux regroupements, il est urgent que le gouvernement aille dans cette direction afin d’éviter que des milliers de locataires se retrouvent sans logis dans les prochains mois.

Lire la suite »

COVID-19 et droit au logement

Si vous êtes locataire et que vous craignez de ne pas trouver de logement à l’approche du 1er juillet, cliquez ici.

Alors que le Québec n’est pas épargné par la pandémie mondiale, tous les ménages ne sont pas égaux face aux conséquences qu’impliquent l’épidémie de la Covid-19. Perte de revenus et dépenses imprévues liées au confinement; pressions de propriétaires ou de compagnies de gestion immobilière pour payer le loyer ou pour accepter des visites de leur logement; angoisse de se retrouver à la rue faute de logement disponible le 1er juillet pour les ménages, etc., en somme, les locataires à faible et modeste revenu sont très durement affectéEs par la crise sanitaire qui perdure. 

Comme la conjoncture évolue vite, afin de vous permettre de rester à jour et de trouver des ressources en cas de problème de logement ou de perte de revenu, nous avons créé une section Covid-19 sur notre site Internet.


Vous y trouverez :

Les revendications en temps de Covid-19 portées par le FRAPRU afin que les gouvernements Legault et Trudeau mettent en place des mesures qui permettent réellement d’assurer que le droit au logement ne sera pas plus bafoué qu’il ne l’est déjà au Québec ;

Les mesures gouvernementales mises en place pour les locataires;

Les coordonnées des comités logement au Québec durant l’urgence sanitaire;

Les mesures relatives aux logements sociaux ou locataires de logement social.

COVID-19 : Des mesures urgentes pour aider les locataires à affronter le 1er avril réclamées par le FRAPRU et le RCLALQ

Montréal, 25 mars 2020 – À une semaine du 1er avril, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) unissent leur voix pour réclamer, de manière urgente, des mesures concrètes du gouvernement Legault pour venir en aide aux ménages locataires qui ne seront pas en mesure de payer leur prochain mois de loyer. 

Lire la suite »

COVID-19 et droit au logement : les gouvernements doivent réagir au plus vite !

Alors que la situation d’urgence sanitaire due à la COVID-19 continue d’entraîner des pertes d’emplois massives, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) fait écho aux inquiétudes de nombreux ménages qui font face à des pertes subites de revenus. À l’approche du 1er avril, échéance de paiement des loyers, il demande aux gouvernements de prendre acte de l’urgence de la situation en mettant en œuvre au plus vite les mesures nécessaires pour leur permettre de payer le loyer.

Lire la suite »

La crise du logement doit être une priorité du budget Morneau

Montréal, le 11 mars 2020 – Alors que le gouvernement de Justin Trudeau s’apprête à déposer son budget 2020-2021, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) presse le fédéral de contribuer à lutter contre la crise du logement qui sévit au Québec et dans plusieurs provinces. À l’instar de plusieurs grandes villes canadiennes qui ont multiplié les appels à ce sujet récemment, le FRAPRU demande au ministre des Finances de prévoir des investissements supplémentaires nécessaires à la réalisation de milliers de logements sociaux à travers le pays.

Lire la suite »

Le budget Girard fait de l’aveuglement volontaire en refusant de financer de nouveaux logements sociaux, dénonce le FRAPRU

Québec, le 10 mars 2020Québec, le 10 mars 2020 — Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est non seulement déçu, mais indigné par le deuxième budget présenté aujourd’hui par le ministre des Finances, Éric Girard. Alors que la situation de centaines de milliers de locataires du Québec ayant des besoins urgents de logement se détériore rapidement en raison de la pénurie de logements et de la hausse rapide du coût des loyers, le gouvernement Legault a choisi, pour une deuxième année consécutive, de ne pas financer de nouvelles unités de logement social et se contente d’investir 150 millions $ pour compléter le financement des 15 000 unités déjà annoncées dans les budgets antérieurs.

Lire la suite »

Pénurie de logements : Des conséquences dramatiques pour de trop nombreuses femmes !

Montréal, le 1er Mars 2020 —À une semaine de la journée internationale des droits des femmes, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), le Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec (RCLALQ), la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes (FMHF), le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale (RMFVVC), et l’R des centres de Femmes unissent leurs voix pour demander au gouvernement Legault d’investir les sommes nécessaires dans un grand chantier de logements sociaux dès son prochain budget et d’instaurer, au plus vite, un contrôle obligatoire et universel du prix des loyers. Ces deux mesures s’avèreraient considérablement structurantes pour les femmes, particulièrement affectées par la pénurie de logements – la plus sévère en 15 ans – qui traverse actuellement le Québec. Les cinq organismes de défense des droits des femmes et du droit au logement ont profité d’une conférence de presse commune, ce matin, pour annoncer la tenue d’une série d’actions et d’activités régionales durant le mois de mars, afin de porter ces revendications.

Lire la suite »

Crise du logement: le FRAPRU demande un grand chantier de logements sociaux dans le deuxième budget Girard

Québec, le 26 février 2020 —Le deuxième budget d’Éric Girard sera un test déterminant pour juger du sérieux du gouvernement Legault face à la pénurie de logements locatifs qui sévit dans plusieurs municipalités du Québec. C’est du moins l’opinion du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) qui constate que, sans nouveaux investissements, les villes et les organismes communautaires sont condamnés à retarder la livraison des projets de logements sociaux portés depuis des années par les communautés. Pour que la situation ne s’aggrave davantage, le FRAPRU demande à François Legault de réaliser non seulement son engagement électoral de livrer rapidement les logements sociaux promis depuis 10 ans, mais surtout de lancer sans plus attendre un grand chantier de 50 000 logements sociaux en 5 ans.

Lire la suite »

La discrimination lors de la recherche de logement, c’est illégal! Des recours existent pour les locataires qui en sont victimes

Au Québec, un propriétaire ne peut vous refuser un logement sur la base de votre âge (y compris celui de vos enfants), votre état civil, votre condition sociale (occupation ou provenance des revenus), sexe, orientation sexuelle, identité ou expression de genre, « race », couleur, origine ethnique ou nationale, langue, religion, handicap, convictions politiques. Si cela vous est déjà arrivé et que vous craignez que cela se reproduise, il serait préférable de vous faire accompagner d’une autre personne lors de la visite d’un logement; elle pourrait éventuellement en témoigner.

VOUS AVEZ DES RECOURS…

Si vous cherchez un logement et qu’on vous exclut sur la base d’un des 14 motifs de discrimination interdits par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec.

Si vous cherchez un logement et que le propriétaire vous demande de remplir un formulaire comportant des questions très personnelles qui vous mettent mal à l’aise, en lien avec les motifs de discrimination prévus par la Charte.

Si vous n’avez pas fourni toutes les informations demandées et que votre demande a été rejetée sur cette base ou que vous avez répondu à toutes les questions et vous croyez qu’on a refusé de vous louer à cause de vos réponses.

Il est possible qu’on vous ait discriminé. En demandant rapidement une intervention de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPJQ), vous pourriez obtenir une résolution rapide de la situation.

Pour dénoncer la discrimination d’un propriétaire, contactezla Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. C’est confidentiel et gratuit.

📞 1 800 361-6477

N’oubliez pas! Lors d’une visite, il vaut mieux se faire accompagner !

N’oubliez pas, le comité logement de votre secteur est là pour vous appuyer!