Le Camp se termine, la lutte pour le droit au logement se poursuit!

Montréal, le 24 mai 2015 – Après s’être installé à trois reprises sur des terrains publics du centre-ville de Montréal et en avoir été évincé à chaque fois par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le FRAPRU a mis fin au Camp pour le droit, amorcé le 21 mai, au logement, lors d’un rassemblement de clôture au terme duquel les campeurs et campeuses ont laissé en souvenir une tente symbolique avec leurs messages pour le droit au logement. Le FRAPRU, qui a organisé le Camp, en tire un bilan très positif, le considérant comme un des moments phares de la lutte pour assurer l’avenir du logement social au Québec. Le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant s’en explique : « Le Camp a réussi à attirer l’attention publique sur les problèmes de logement et la négligence des gouvernements, avec une intensité qui ne s’était pas vue depuis la crise du logement du début des années 2000 ». Lire la suite »

Au terme d’une journée de camp itinérant, le FRAPRU réinstalle ses tentes


Montréal, le 23 mai 2015 –
Au terme d’une journée de camp itinérant, le Front d’action populaire en réaménagement urbain a de nouveau installé ses tentes, cette fois, à 16 heures, dans un parc situé à côté de la Grande Bibliothèque, rue Berri, en face du Terminus d’autobus. C’est la troisième fois depuis le 21 mai que le FRAPRU s’installe dans un lieu public. Ce matin, les campeuses et les campeurs ont manifesté lors du passage du ministre conservateur, Denis Lebel, au congrès de l’Union des municipalités du Québec, afin de dénoncer la fin graduelle du financement fédéral aux logements sociaux existants. Le FRAPRU a par la suite installé un camp sans tentes au Parc Laurier, avant de participer à une marche familiale contre les politiques d’austérité du gouvernement Couillard.

Le Camp pour le droit au logement vise à dénoncer les politiques gouvernementales qui menacent l’avenir du logement social, ainsi qu’à sensibiliser la population aux problèmes de logement et d’itinérance.

Le Camp se terminera demain, le 24 mai, à 13h00, par un rassemblement au Parc du Mont-Royal, au coin des rues du Parc et Mont-Royal/Côte Sainte-Catherine. Toute la population y est invitée.

- 30 -

IMG_8661 IMG_8656

Troisième jour du Camp pour le droit au logement : le FRAPRU interpelle le ministre conservateur Denis Lebel

Montréal, le 23 mai 2015  - Au troisième jour de son Camp pour le droit au logement, le Front d’action populaire en réaménagement urbain accueille bruyamment le lieutenant québécois de Stephen HarperDenis Lebel, au moment de son discours devant l’Union des municipalités du Québec, au Palais des congrès de Montréal. Le FRAPRU reproche au gouvernement conservateur de bafouer le droit au logement, en ne renouvelant pas le financement qu’il accorde depuis des décennies aux logements sociaux existants, ce qui met en danger leur accessibilité financière aux ménages à plus faible revenu.  Lire la suite »

Le Camp pour le droit au logement deviendra «itinérant» pour sa 3ème journée

Après s’être fait évincer à deux reprises par le Service de police de la Ville de Montréal des lieux où il s’était établi, le Camp pour le droit au logement, organisé par le FRAPRU, devient itinérant. Il continuera donc ses activités, mais en différents lieux et sans tentes. La centaine de campeurs et campeuses  est toujours extrêmement motivé.e.s..

Le samedi 21 mai, le Camp débutera par un comité d’accueil à Denis Lebel, lieutenant québécois du premier ministre Stephen Harper lors d’un discours au congrès de l’Union des municipalités du Québec. Il se dirigera ensuite au Parc Laurier où se dérouleront notamment des ateliers ouverts à la population sur des différents sujets relatifs au logement et à la ville.

ACTION  à 8h00!
Samedi matin, 23 mai, à 8h00, comité d’accueil à Denis Lebel, lieutenant québécois du premier ministre Stephen Harper lors d’un discours au congrès de l’Union des municipalités du Québec pour l’interpeller notamment sur l’avenir des logements sociaux existants, menacés par la fin des subventions fédérales. Rassemblement à 8h00 au Palais des congrès, côté rue de la Gauchetière. Soyons-y en grand nombre!

CAMP DE JOUR
Les campeurs et campeuses se dirigeront ensuite vers le Parc Laurier, où se dérouleront notamment des ateliers d’éducation populaire ouverts à la population.

À 10h00:

1) Atelier « Itinérance : Déconstruire les préjugés », animé par le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal;
2) Atelier «Au cœur du développement de nos villes: les grandes industries ou les citoyen.nes? L’Abitibi à titre d’exemple», animé par L’Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue.

Vous êtes invité.e.s à y assister en grand nombre!

Le coin enfants sera animé tout l’avant-midi. Bienvenue à tous et toutes.

En après-midi, les campeurs et campeuses participeront à la Manifestation lente, familiale, intergénérationnelle et inclusive contre l’austérité organisées par Parents unis contre l’austérité, dont le départ se fera à 13h00, au Parc Laurier.

À 15h00, nous invitons la population à participer à une visite du quartier Centre-Sud organisée par le Comité logement Ville-Marie. Départ à 15h00 au métro Saint-Laurent.

D’autres activités seront annoncées au cours de la journée.

Le Camp pour le droit au logement se poursuit sur le terrain de l’Agence de la santé


Montréal, le 22 mai 2015 –
Même si une intervention du Service de police de la ville de Montréal a mis fin, hier après-midi, à la présence du Camp pour le droit au logement sur le Parterre du Quartier des spectacles de Montréal, celui-ci s’est réinstallé, à 10 heures, ce matin, sur le terrain de l’Agence de la Santé et des Services sociaux de Montréal, au 3725, rue Saint-Denis. Le FRAPRU veut ainsi rappeler que le logement est un déterminant majeur de la santé et que ce que les gouvernements n’investissent pas immédiatement en logement, vient augmenter les coûts en santé et des services sociaux.

Selon le coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant, « même si c’est à regret qu’il a dû quitter son site original, le Camp garde le cap sur ses objectifs, soit la sensibilisation de la population à la gravité des problèmes de logement et d’itinérance et la dénonciation des politiques des gouvernements fédéral et québécois qui menacent, chacun à leur façon, l’avenir du logement social ».

Le Camp pour le droit au logement réunit une centaine de personnes mal-logées, locataires de logements sociaux et militantes, de Montréal, mais aussi de plusieurs autres régions, qui ont bien l’intention de vivre sur leur nouvel emplacement et d’y animer des activités de toutes sortes ouvertes à la population. Il a reçu l’appui de 40 personnalités, dont plusieurs qui ont participé à la marche d’ouverture du campement urbain, d’une trentaine d’organisations majeures de la société civile québécoise et d’une vingtaine de réseaux internationaux et de groupes actifs dans d’autres pays.

Des informations régulières seront fournies sur le Camp, son nouvel emplacement et ses activités sur la page Facebook publique du FRAPRU, sur son compte Twitter et, sur son site web.

- 30 -

Le FRAPRU s’installe au Parterre du quartier des spectacles

DSCF8689 DSCF8696 DSCF8703Montréal, le 21 mai 2015 – Le Parterre du Quartier des spectacles de Montréal, situé à proximité de la Place-des-Arts, accueille depuis cet après-midi le Camp pour le droit au logement, organisé par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). L’installation s’est faite au terme d’une manifestation nationale qui a réuni des centaines de personnes venues de plusieurs régions au Québec. Une centaine d’entre elles vivra maintenant sur le campement urbain où elle animera plusieurs activités ouvertes à la population. Des actions viseront aussi les paliers de gouvernements fédéral et québécois auxquels le FRAPRU reproche de mettre en péril l’avenir du logement social.

L’organisme espère que la Ville de Montréal laissera le Camp se dérouler sans intervention policière. Selon le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, « les personnes qui participent au Camp doivent pouvoir décider par elles-mêmes du moment où elles estimeront que leurs objectifs de sensibilisation de la population et d’accroissement des pressions sur les gouvernements Harper et Couillard auront été atteints de manière satisfaisante ».

Des informations régulières seront fournies sur le Camp et ses activités sur le site web du FRAPRU.

– 30 –

 

Coup d’envoi du Camp du FRAPRU au centre-ville de Montréal

11039152_1129883033703928_4086247752877249558_o11145564_1129883353703896_7105354393623630591_o11110566_1129883140370584_4527458400311005153_o

Montréal, le 21 mai 2015 – C’est par une manifestation de plusieurs centaines de personnes venues de diverses régions au Québec que le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) donnera à 13 heures, cet après-midi, le coup d’envoi de son Camp pour le droit au logement, au centre-ville de Montréal. La marche, qui se mettra en branle au Square Dorchester, se dirigera vers le terrain qu’une centaine de personnes occupera pour une durée indéterminée. Plusieurs des personnalités qui ont appuyé le Camp prendront part à la manifestation, dont l’acteur et dramaturge Alexis Martin, le comédien Gilles Renaud et l’auteur François Avard.

Deux grands objectifs

Le Camp pour le droit au logement vise deux grands objectifs. Le premier est de dénoncer les politiques gouvernementales qui menacent l’avenir du logement social et d’accroître la pression pour qu’elles soient révisées. Lire la suite »

Le Camp pour le droit au logement débute ce jeudi, à Montréal

Montréal, le 18 mai 2015 – C’est le jeudi 21 mai que le Front d’action populaire en réaménagement urbain amorcera son Camp pour le droit au logement, au centre-ville de Montréal. Une manifestation nationale partira à 13h00 du Square Dorchester pour se rendre au lieu du campement que le FRAPRU doit garder secret.

Son coordonnateur, François Saillant, affirme que « la centaine de personnes, qui vivront sur ce Camp pour une période indéterminée, sont décidées à aller de l’avant, à tenir toutes les activités prévues et à y accueillir la population». Il précise que ce n’est pas la Ville de Montréal qui est la cible du Camp : «Ce sont les politiques actuelles des gouvernements fédéral et québécois que le Camp veut combattre, parce qu’elles menacent l’avenir même du logement social».

Une double menace Lire la suite »

Le logement social change des vies: le témoignage de Liette

À une semaine d’une grande manifestation et de l’installation du Camp pour le droit au logement,  nous diffusons le dernier témoignage de la campagne Le logement, un droit.C’est celui de Liette, membre depuis peu de Loggia Pélican, un OSBL d’habitation pour les personnes de 50 ans et plus, dans le quartier montréalais de Rosemont. Elle témoigne de comment l’obtention d’un logement dans ce nouvel OSBL lui a permis de trouver «sa place» et du fait qu’il lui permettra de vivre plus dignement: «Comme tu paies moins cher, ça te permet de respirer, ça te permet de t’habiller, ça te permet de bien manger».

Pour que tout le monde ait sa place, assurons l’avenir du logement social! Dès le 21 mai, au centre-ville de Montréal, Camp pour le droit au logement.

Pour visionner l’ensemble des témoignages de la campagne: www.frapru.qc.ca/logementundroit

Des appuis majeurs au Camp pour le droit au logement

100_2857

Montréal, le 8 mai 2015 – À moins de deux semaines du début du Camp pour le droit au logement, le Front d’action populaire en réaménagement urbain a rendu publics de nouveaux appuis à cet évènement à durée indéterminée qui se déroulera en plein cœur de Montréal. Seize personnalités publiques se sont ajoutées aux vingt-quatre que le FRAPRU avait déjà fait connaître. Les chanteuses Chloé Sainte-Marie et Sylvie Tremblay figurent parmi ces personnalités, tout comme la chorégraphe et danseuse Margie Gillis, les acteurs et actrices Claude Laroche, Marc Béland, Michèle Deslauriers et Paule Baillargeon, l’humoriste Christian Vanasse et le docteur Réjean Thomas. Lire la suite »