Nouveaux pouvoirs de la métropole : Le FRAPRU exige une réserve de sites pour le logement social

Montréal, le 17 juin 2017 – Alors que le maire Coderre vient de promettre que le logement sera une priorité de la toute première politique de développement social de la Ville, les groupes membres montréalais du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’impatientent. Rassemblés devant la résidence du maire, dans l’arrondissement Montréal-Nord, ils le pressent de s’engager à constituer sans plus tarder une réserve de bâtiments et de terrains pour de futurs projets de logements sociaux. Lire la suite »

Droit au logement dans les régions: Le FRAPRU réclame des logements sociaux partout au Québec

Montréal, le 24 mai 2017 –  À l’occasion de la troisième journée d’occupations du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un campement a été installé ce matin à Rouyn-Noranda. Le FRAPRU met ainsi en lumière la réalité particulière vécue dans les régions excentriques. « Les besoins sont grands dans les régions éloignées des grands centres; pourtant, les nouveaux logements sociaux s’y développent au compte-goutte », indique Véronique Laflamme, porte-parole du regroupement. Elle précise que le programme AccèsLogis ne tient actuellement pas compte des réalités régionales et que les mêmes difficultés de développement des logements sociaux sont rencontrées en Abitibi, sur la Côte-Nord et en Gaspésie, où la coordonnatrice du FRAPRU participera demain au Colloque régional en habitation sociale et communautaire.

Les activités économiques dans les régions éloignées ont des conséquences réelles sur la négation de leur droit au logement, constate le FRAPRU. « En Abitibi, les booms économiques des dernières années ont fait augmenter le coût des loyers et les grands logements demeurent rares. En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, la sécurité d’occupation des locataires est souvent compromise par le tourisme », explique Véronique Laflamme. Afin que les locataires à faible et modeste revenus vivant hors des grands centres puissent se loger décemment, de manière abordable, ils doivent avoir accès à des logements coopératifs ou sans but lucratif. « Non seulement les coûts de réalisation reconnus par le programme AccèsLogis n’ont pas été indexés depuis 2009, mais les mesures d’aide aux régions dites éloignées ont été coupées », rappelle Véronique Laflamme. Le FRAPRU demande au ministre responsable de l’habitation, Martin Coiteux, d’améliorer le programme et de le bonifier, afin qu’il réponde aux besoins, partout au Québec. Lire la suite »

Série d’occupations de terrains et de bâtiments: le FRAPRU maintient la pression pour le logement social

Montréal, le 23 mai 2017 – Tout en dénonçant la répression policière inouïe dont ses membres et les personnes alliés ont fait l’objet à Montréal, hier, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) poursuit aujourd’hui sa série d’occupations pour obtenir des investissements plus ambitieux en matière de logement social. Réunis sous la bannière « Pour du logement social, ici! », les groupes des différentes régions exigent des gouvernements Couillard et Trudeau qu’ils s’engagent pour le droit au logement. À Montréal, une nouvelle occupation vient de débuter dans un bâtiment vacant depuis plusieurs années de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, situé au 60, rue Milton. Lire la suite »

Des occupations du FRAPRU débutent à Montréal, Québec et Sherbrooke

Montréal et Québec, le 22 mai 2017 – Les membres du FRAPRU de Montréal, Québec et Sherbrooke ont débuté à 15h00 une série d’occupations de bâtiments et de terrains.

À Montréal, après une manifestation de quelques centaines de personnes dans les rues du centre-ville, le bâtiment de l’ancien Hôpital de la Miséricorde, appartenant au gouvernement du Québec a été investi, mais a été immédiatement sévèrement réprimé par le Service de police de Montréal (SPVM). Le FRAPRU dénonce l’intervention policière en cours et s’inquiète particulièrement pour les personnes en situation d’handicap, les personnes âgées et les jeunes enfants pris en souricière à l’intérieur.

À Sherbrooke, une manifestation vient également de s’arrêter sur un terrain vacant du centre-ville, où une trentaine de personnes sont en train de s’installer pour plusieurs jours. À Québec, avec l’appui de quelques dizaines de sympathisants et sympathisantes, des membres du FRAPRU de la région occupent une des nombreuses maisons vacantes des terrains militaires de Sainte-Foy; les groupes prennent au mot le gouvernement de Justin Trudeau qui disait, dans son dernier budget, vouloir rendre « des terrains et des bâtiments excédentaires du gouvernement fédéral accessibles, à coût faible ou nul, aux fournisseurs de logements ». D’autres actions du même type se succèderont en Montérégie, en Abitibi et dans le Bas-du-Fleuve dans le courant de la semaine.

Lire la suite »

Les groupes membres du FRAPRU à Québec occupent une maison vacante des terrains militaires de Sainte-Foy

Québec, le 22 mai 2017–  Dans le cadre d’une série d’actions régionales du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), des membres du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, du Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur et du Comité logement d’aide aux locataires occupent, depuis 15h, une maison vacante des terrains militaires de Sainte-Foy, située au 2590, rue Pierre-Martin. Rappelons que la plupart des maisons du site sont vides depuis plusieurs années.

Les groupes logement prennent au mot le gouvernement de Justin Trudeau qui disait, dans son dernier budget, avoir « une occasion unique de contribuer directement à la création de nouveaux logements abordables et de logements sociaux » en rendant « des terres et des bâtiments excédentaires du gouvernement fédéral accessibles, à coût faible ou nul, aux fournisseurs de logements ». Ils réclament non seulement des logements sociaux sur le site, mais également une contribution d’Ottawa au financement de projets d’habitation sociale.

Un moment décisif pour le droit au logement Lire la suite »

Le FRAPRU occupera des terrains et des bâtiments dans différentes villes

Montréal, le 15 mai 2017 – Le FRAPRU a annoncé ce matin une série d’occupations de terrains et de bâtiments qui débuteront le 22 mai, dans différentes régions, sous le thème « Pour du logement social, ici! ». Il était accompagné de locataires qui ont témoigné de leur besoin urgent de logements sociaux. Alors que le gouvernement québécois poursuit la révision de ses approches en habitation et que celui de Justin Trudeau a promis une Stratégie canadienne sur le logement pour l’automne, le FRAPRU, déçu par leurs derniers budgets, veut les convaincre de l’urgence de mieux mettre en œuvre le droit au logement. Pour y arriver, ils doivent relancer le développement du logement social partout au Québec, affirme le regroupement. Lire la suite »

Pour du logement social ici! Québec et Ottawa doivent faire plus! À partir du 22 mai, occupons pour le droit au logement!

Même s’ils contiennent des investissements essentiels dans le logement, obtenus notamment grâce à la mobilisation, les budgets déposés en mars 2017 à Ottawa et à Québec confirment le manque de volonté des gouvernements dans la mise en œuvre du droit au logement.

Alors que le gouvernement Couillard avait les moyens d’investir beaucoup plus, il s’est limité à revenir, cette année, au financement de 3000 logements sociaux pour tout le Québec. Ces logements ne font que remplacer les unités qui n’ont pas été financées depuis 2 ans, en raison des coupes budgétaires. Cet investissement est largement insuffisant pour répondre aux besoins des 270 340 ménages locataires qui paient trop cher, qui vivent dans un logement trop petit ou insalubre. De plus, les coopératives et les OSBL d’habitation qui se réaliseront continueront de devoir faire avec des montants qui n’ont pas été indexés depuis 2009.

Pourtant, le gouvernement québécois dispose de plus d’argent du fédéral pour le logement et d’un surplus faramineux de 3,7 milliards $, incluant le versement au Fonds des générations, mais il s’entête à se priver de revenus en diminuant la contribution des plus riches et des entreprises aux coffres de l’État et en ne revoyant pas les abris fiscaux dont ils bénéficient.

À Ottawa, les sommes de 255 millions $ accordées aux provinces à partir de 2019-2020, pour une panoplie d’initiatives en logement, ne sont pas plus élevées que sous les Conservateurs. Le budget Morneau annonce bien un nouveau Fonds national de 5 milliards $ en 11 ans pour le logement, mais sans donner de précisions. Les montants prévus pour débuter la mise en œuvre de la Stratégie canadienne sur le logement qui devraient être annoncés dans les prochains mois sont décevants . Nous devons poursuivre la mobilisation pour faire en sorte qu’ils soient utilisés pour le logement social en priorité.

Les familles et les personnes mal-logées ne peuvent attendre encore des années pour un logement décent.
Ça prend du logement social ICI!
À partir du 22 mai, occupons pour le droit au logement!

Tous et toutes sont invités à participer aux actions organisées dans les différentes régions. Calendrier (temporaire) des actions régionales

Matériel de mobilisation:

Bilan de la tournée de consultation en habitation: le FRAPRU invite le gouvernement québécois à passer à l’action

Québec, le 24 avril 2017 Le FRAPRU se dit satisfait du dépôt, aujourd’hui, du bilan de la consultation du gouvernement québécois sur son approche d’intervention en habitation. À une exception, les principales conclusions de Norbert Morin, adjoint du ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et député de Côte-du-Sud qui a piloté cette consultation, vont dans le sens des interventions faites par le FRAPRU et ses membres des différentes régions. L’organisme est rassuré que le rapport confirme le caractère « essentiel » du programme AccèsLogis, le seul qui permette de développer du logement social au Québec.

Pour améliorer AccèsLogis : des conditions sine qua non Lire la suite »

En logement, comme dans les autres domaines, le budget Leitão peine à réparer les dégâts des dernières années

Québec, le 28 mars 2017 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) reçoit favorablement le retour des investissements dans le logement social à la hauteur de 3000 unités cette année. Cependant, il note que non seulement ces nouveaux investissements sont insuffisants, mais qu’ils équivalent au nombre de logements qui n’ont pas été financés depuis deux ans en raison des coupes budgétaires. L’organisme déplore, qu’après avoir coupé dans tous les secteurs, Québec se prive toujours de nouveaux revenus en diminuant la contribution fiscale des mieux nantis, plutôt que de consacrer les fonds nécessaires au respect des droits et à la lutte à la pauvreté.

« Avec ce budget, les 270 340 ménages locataires qui ont des besoins impérieux de logement n’ont pas de grands espoirs de voir leurs conditions de vie s’améliorer à court terme », commente Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU. Selon le regroupement, qui revendique 50 000 nouveaux logements sociaux en 5 ans, il aurait fallu faire plus. « Non seulement Québec dispose d’un surplus budgétaire de 3,7 milliards $, incluant le versement au Fonds des générations, mais il recevra 400 millions $ du fédéral, dans le cadre de l’entente bilatérale sur le logement; cette somme devrait être réinvestie dans le logement social », insiste madame Laflamme. L’organisme déplore que le budget ne contienne aucune bonification du programme AccèsLogis, comme cela avait été unanimement réclamé lors des consultations organisées par Québec sur ses approches en habitation l’an dernier, ce qui laisse appréhender la poursuite des problèmes de réalisation, notamment dans les régions. Lire la suite »

Projet de loi 121 et logement: Le FRAPRU demande à Québec de donner à Montréal les moyens de ses ambitions

Montréal, le 27 mars 2017 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) sera entendu en commission parlementaire, demain soir, afin de présenter son mémoire au sujet du projet de loi 121 (PL 121). Le PL 121 déposé à l’Assemblée nationale le 8 décembre 2016, simultanément à la signature de l’entente cadre Réflexe Montréal, dont l’objectif est d’augmenter l’autonomie et les pouvoirs de la Ville de Montréal, inquiète le regroupement, notamment sur les enjeux logement. Lire la suite »