Le FRAPRU participera aux grandes manifestations contre l’austérité, à Montréal et Québec

Montréal, le 27 novembre 2014 – « Loin de s’essouffler, la mobilisation contre l’austérité connaîtra un sommet avec les manifestations du 29 novembre et elle devra se poursuivre avec encore plus de force et de détermination dans les prochains mois, car c’est l’avenir de nos services publics et de nos programmes sociaux qui est remis en question par l’État du XXIième siècle que prétend bâtir le gouvernement Couillard ». C’est en ces mots que François Saillant, coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain a annoncé la participation des membres du FRAPRU aux grandes manifestations contre l’austérité qui se tiendront à Montréal et à Québec, le samedi 29 novembre.

Véronique Laflamme, organisatrice au FRAPRU, estime que les réelles intentions du gouvernement libéral apparaissent de plus en plus au grand jour : « La motivation réelle du gouvernement Couillard se trouve moins du côté de l’assainissement des finances publiques que de la redéfinition du rôle de l’État, afin d’en diminuer la portée sociale et de le mettre encore plus au bénéfice d’une minorité de possédants ». Mme Laflamme, qui agit aussi comme co-porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, ajoute que « si l’intention du gouvernement était simplement d’équilibrer son budget, il aurait prêté une oreille beaucoup plus attentive aux 18 propositions fiscales et budgétaires soumises par la Coalition, ce qui lui aurait permis d’aller chercher jusqu’à 10 milliards $ de plus par année, sans augmenter les impôts, les taxes et les tarifications de la classe moyenne ».

- 30 -

Le logement, un droit: le FRAPRU présente une campagne de témoignages

Gisele_web

Michel_web

Le FRAPRU présente, de novembre à mai, une campagne de vidéos , sur le thème « Le logement, un droit ». Douze capsules vidéos portant sur les réalités vécues par des locataires. À toutes les deux semaines, le FRAPRU diffusera une nouvelle capsule, ce qui lui permettra d’aborder diverses facettes de la situation du logement au Québec: coût élevé des loyers, insalubrité, pénurie d’appartements locatifs, reprises de logement, problèmes particuliers vécus par les femmes, les personnes seules, les familles avec enfants, les jeunes, les personnes plus âgées, les Autochtones et les ménages issus de l’immigration. Les capsules montreront également les impacts positifs que le logement social a sur des locataires jusque là en difficulté.

Celui de Gisèle, une personne résidant temporairement à la maison d’hébergement pour femmes en difficulté Le Chaînon, à Montréal, et de Michel, un locataire retraité de Saguenay ont déja été mis en ligne.

Le FRAPRU invite tous les groupes et tous les individus intéressés par le droit au logement à relayer ces capsules vidéos, de manière à ce qu’elles circulent le plus largement possible. La campagne virale s’inscrit dans une campagne plus large visant à rappeler aux gouvernements leurs obligations à l’égard du droit au logement.

Dans le cadre de cette campagne, des déménagements aux bureaux des premiers ministres Stephen Harper et Philippe Couillard, respectivement à Ottawa et Saint-Félicien, ont eu lieu le 21 novembre, Journée canadienne sur l’habitation. Plusieurs autres actions auront lieu dans les prochains mois.

Logement social : le FRAPRU déménage aux bureaux de Stephen Harper et de Philippe Couillard

Ottawa et Saint-Félicien, le 21 novembre 2014 – Des centaines de membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain ont déménagé simultanément lits, cuisinières, frigidaires, sofas et autres meubles devant les bureaux du premier ministre du Canada, Stephen Harper, à Ottawa, et du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à Saint-Félicien. Le FRAPRU voulait rappeler aux deux premiers ministres leurs responsabilités à l’égard du droit au logement, à l’occasion de la Journée canadienne de l’Habitation.

10482149_10205473715426057_5963546082505568285_o

Lire la suite »

Logement et pauvreté à Longueuil, un nombre de plus en plus alarmant de locataires est pris à la gorge

Longueuil, le 17 novembre 2014 – De plus en plus de locataires doivent consacrer un pourcentage beaucoup trop élevé de leur revenu pour se loger à Longueuil. C’est à ce constat qu’en arrivent le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), la Maison La Virevolte de Longueuil et le Comité logement Rive-Sud, à la lumière de données provenant de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada. Ces chiffres ont fait l’objet d’une commande spéciale du FRAPRU qui les a utilisés comme base du Dossier noir sur le logement et la pauvreté présenté en conférence de presse aujourd’hui, à Longueuil.

Lire la suite »

La fin des subventions fédérales représente une grave menace pour les logements sociaux existants, affirme le FRAPRU

Québec, le 5 novembre 2014 – Le FRAPRU a lancé un cri d’alarme, en marge de la rencontre fédérale-provinciale-territoriale des hauts responsables de l’Habitation qui se déroule aujourd’hui à Québec. Le FRAPRU affirme que la fin prochaine des subventions fédérales à 565 850 logements sociaux existants au Canada, dont 125 550 au Québec, représente une grave menace pour ces logements et surtout pour leur pleine accessibilité financière aux ménages à plus faible revenu. Il réclame que le gouvernement fédéral s’engage dès maintenant à renouveler l’ensemble de ces subventions, lorsque les ententes de financement actuelles se termineront.

Le FRAPRU presse par ailleurs les provinces et les territoires de porter la même demande dans leurs discussions avec le fédéral qui est représenté à la rencontre par le président de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), Evan W. Siddall.

Pour bien faire entendre leur message, 75 locataires et membres du FRAPRU et de groupes alliés ont manifesté devant le Château Frontenac, où se tenait la conférence, casseroles et poêles à frire à la main.

Un enjeu majeur

Lire la suite »

« La situation des locataires de Côte-des-Neiges est misérable », selon le FRAPRU, Projet Genèse et l’OEIL

Montréal, le 03 novembre 2014 – « Difficile de penser à un autre mot que « misérable » pour qualifier la situation des locataires qui représentent 79 % des ménages de Côte-des-Neiges ». C’est en ces mots que le coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant, a dressé le portrait des conditions de logement dans ce quartier multiethnique de Montréal, lors d’une conférence de presse organisée en collaboration avec Projet Genèse et l’Organisation d’éducation et d’information logement de Côte-des-Neiges (OEIL de Côte-des-Neiges).

Selon des statistiques provenant de l’Enquête nationale auprès des ménages, menée en 2011 par Statistique Canada, 15 675 ménages, comptant pour 46 % des locataires du quartier, paient plus que la norme de 30 % de leur revenu en loyer. De ce nombre, 9215, soit 27 % des locataires, en versent plus de la moitié. Pire encore, 5060 passent plus de 80 % de leur revenu uniquement pour se loger. Il s’agit de 15 % des locataires.

François Saillant considère que « l’ampleur et la gravité des problèmes de logement vécus à Côte-des-Neiges dépasse de loin la réalité, pourtant très difficile, vécue à l’échelle de la ville de Montréal ». Selon lui, c’est la faiblesse du revenu des locataires, jumelée au coût élevé des loyers, qui explique cette situation. Le revenu médian des locataires de Côte-des-Neiges est en effet de 29 900 $, ce qui inférieur de 2800 $ à celui des autres locataires de Montréal. Le loyer médian, lui, atteint 716 $ par mois, soit 32 $ de plus qu’à l’échelle de la ville.

De 2006 à 2011, le revenu des ménages locataires de Côte-des-Neiges n’a progressé que de 4,5 %, alors que les loyers, eux, ont augmenté en moyenne de 10 %.

Pire pour les nouveaux arrivants

Christopher Schwartz, organisateur communautaire au Projet Genèse, a, pour sa part, insisté sur la réalité vécue par les 6220 ménages locataires arrivés au pays entre 2006 et 2011 : «  Si on doit qualifier la situation générale des locataires de Côte-des-Neiges de désastreuse, elle est tout simplement scandaleuse dans le cas des nouveaux arrivants ». Lire la suite »

Des milliers de personnes dénoncent les attaques anti-sociales et revendiquent une meilleure redistribution de la richesse

Montréal, le 31 octobre 2014 – En ce jour de l’Halloween, des milliers de personnes en provenance de différentes régions du Québec, dont quelques centaines de membres du FRAPRU, ont manifesté dans les rues du centre-ville de Montréal pour dénoncer l’horreur des mesures d’austérité budgétaire dont la mise en œuvre s’est accélérée depuis l’arrivée du gouvernement Couillard. L’événement était organisé par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

Travailleurs et travailleuses, personnes sans-emploi, étudiantes et étudiants, personnes retraitées et membres de nombreux groupes sociaux ont crié leur colère devant les coupes qui se succèdent dans la quasi-totalité des services publics et des programmes sociaux, en raison des compressions majeures imposées dans le dernier budget libéral.

Lire la suite »

À Sherbrooke, 4 locataires sur 10 sont en difficulté financière

Sherbrooke, le 29 octobre 2014 – Quatre ménages locataires sur dix consacrent maintenant une proportion trop importante de leur revenu pour se loger à Sherbrooke. C’est à cette conclusion qu’en arrivent le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et l’Association des locataires de Sherbrooke, à la lumière de données provenant de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada. L’enquête a servi de base au Dossier noir sur le logement et la pauvreté que les deux organismes ont présenté aujourd’hui à Sherbrooke.

Le Dossier noir révèle que 40 % des ménages locataires de Sherbrooke paient plus de 30 % de leur revenu en loyer. Pas moins de 13 800 ménages se retrouvent dans cette situation délicate, soit 10 % de plus qu’en 2006. Parmi ces ménages, 6100 en versent plus de 50 %. Pire encore, 2500 en engloutissent plus de 80 %. Il s’agit dans ce cas d’une augmentation de 18 % par rapport à la situation vécue cinq ans auparavant. Lire la suite »

Le problème d’incapacité de payer s’accroît chez les locataires de Trois-Rivières

Trois-Rivières, le 28 octobre 2014 – Le nombre de locataires en très sérieuses difficultés financières a fortement augmenté à Trois-Rivières, entre 2006 et 2011. C’est ce qu’affirment le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Comité logement Trois-Rivières, à la lumière des données locales du Dossier noir sur le logement et la pauvreté, publié par le FRAPRU. Ce document a été produit à partir des données de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada.

La statistique la plus sidérante est l’augmentation de 33 % du nombre de ménages locataires engouffrant plus de 80 % de leur revenu pour se loger à Trois-Rivières. Véronique Laflamme, organisatrice au FRAPRU, en évoque les conséquences: « Payer les 4/5 de ses revenus au loyer ne peut se faire qu’au détriment de ses autres besoins essentiels, à commencer par la nourriture, les vêtements et les médicaments. Tout cela a des impacts certains, notamment sur la santé des personnes ».

Lire la suite »

À un an des élections, le FRAPRU presse Justin Trudeau de prendre des engagements sur l’avenir du logement social

Montréal, le 20 octobre 2014 – Plus de 150 membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) ont manifesté aujourd’hui devant les bureaux de circonscription de Justin Trudeau, à Montréal. Les manifestantes et les manifestants y ont déployé une bannière géante réclamant que le chef du Parti libéral du Canada prenne des engagements électoraux permettant d’assurer l’avenir du logement social. Cet évènement, organisé à un an de la date prévue des élections générales au Canada, s’inscrivait dans une série d’actions visant à réclamer que les deux grands partis d’opposition, le Parti libéral du Canada et le Nouveau parti démocratique, se mouillent sans plus tarder sur cet enjeu trop souvent négligé en campagne électorale. D’autres interventions ont eu lieu à Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières et Rimouski. Une autre est prévue à Gatineau, le lundi 27 novembre.

François Saillant, coordonnateur du FRAPRU, considère que « le laisser-aller du gouvernement Harper dans le domaine du logement social crée une situation d’urgence qui nécessitera des gestes ambitieux et rapides de la part du prochain gouvernement fédéral, d’où la nécessité que les partis qui aspirent au pouvoir se prononcent dès maintenant».

Le logement social en péril

À son avis, Ottawa néglige dangereusement ses responsabilités face au droit au logement, en ne consacrant que des « miettes » à l’aide aux ménages mal-logés et en mettant en danger le parc existant de logements sociaux.

Lire la suite »