Budget Leitao : le FRAPRU dénonce la privatisation partielle de l’aide au logement

Québec, le 26 mars 2015 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) dénonce la coupure de 1500 logements sociaux par année imposée par le budget du ministre des Finances, Carlos Leitão, au programme AccèsLogis et leur remplacement par 1000 unités de supplément au loyer en 2015-2016 et 1200 au cours des 4 années suivantes. Selon le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, « contrairement à ce que tente de nous faire croire le gouvernement Couillard, la privatisation de l’aide au logement ne permettra pas d’aider davantage de ménages, mais d’en aider moins et de le faire moins bien ». Il explique que, « contrairement au logement social, le supplément au loyer privé ne permet pas la construction de logements, alors qu’il manque toujours de grands logements familiaux dans plusieurs coins du Québec, il n’améliore pas la qualité des habitations, il ne permet pas de revitaliser des milieux de vie et, surtout, il ne sort aucun logement de la logique du profit ».  Lire la suite »

Les femmes locataires, toujours plus pauvres que les hommes

 Montréal, le 25 mars 2015 – « Bien que la situation s’améliore lentement pour les femmes locataires, elles se retrouvent toujours dans des situations plus précaires que les hommes », explique Émilie E. Joly, porte-parole du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), en présentant un tout nouveau document intitulé « Femmes, logement et pauvreté ».

Le document, produit dans le cadre de la Marche mondiale des femmes d’octobre prochain, dresse le portrait de la situation du logement des femmes, au Québec. Rédigé à partir des données de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada, il met en lumière les conditions particulières des femmes, les défis auxquels elles font face en matière de logement, de même que les solutions pour s’attaquer au problème.

Lire la suite »

Plus de 500 personnes manifestent pour la survie du logement social

Québec, le 21 mars 2015 – Plus de 500 personnes, venues de Montréal, de la Montérégie, de l’Estrie, de la Mauricie, du Saguenay, du Bas Saint-Laurent et de la Capitale nationale, ont manifesté pour la survie du logement social, cet après-midi, à Québec, à l’approche des budgets québécois et fédéral.

C’est en marchant vers la résidence officielle du premier ministre, Philippe Couillard, dans le Vieux Québec, que le Front d’action populaire en réaménagement urbain a voulu rappeler la nécessité que le budget qui sera présenté dans cinq jours par le ministre des Finances, Carlos Leitao, continue à financer l’actuel programme AccèsLogis, sans en réduire d’aucune façon la portée. Lire la suite »

Discrimination envers les Autochtones vivant en milieu urbain: le témoignage de Pauline

La Campagne Le logement, un droit se poursuit. Pauline, une Crie qui habite à Val-d’Or témoigne avec éloquence de la discrimination vécue par les Autochtones vivant en milieu urbain, notamment lors de la recherche de logement: «J’appelle [pour un logement]; vu que j’ai mon accent, des fois on me raccroche au nez, ou on me dit que c’est déjà loué».

Les Autochtones rencontrent plusieurs obstacles dans l’accès à un logement décent. Pourtant, le logement, c’est un droit !

Témoignage de Marie-Ève, mère monoparentale: le logement social, une solution pour les femmes

Marie-Ève est mère monoparentale avec 2 enfants. Elle habite en coopérative d’habitation depuis deux mois. Il y a deux ans, elle était propriétaire d’un condo et travaillait à temps plein. Après une séparation, elle s’est retrouvée à l’aide sociale. Sa coopérative lui a apporté la sécurité. Le logement social est une des manières de favoriser plus d’égalité entre les hommes et les femmes. Le logement, un droit.

Plus du tiers des familles monoparentales locataires du Québec paient plus de 30% de leur revenu pour se loger. Le logement social favorise l’égalité entre les sexes.

Infos: www.frapru.qc.ca/logementundroit #logement undroit

Occupation réussie d’une succursale de la Banque Scotia, au centre-ville de Montréal

Montréal, le 26 février 2015 - Une cinquantaine de membres du FRAPRU ont occupé durant 30 minutes ce matin, une succursale de la Banque Scotia, située au 1002, rue Sherbrooke ouest, au centre-ville de Montréal. Ils et elles sont sortis après une éviction musclée. Le FRAPRU a organisé ce coup d’éclat afin de démontrer, à quelques semaines du deuxième budget du ministre des Finances, Carlos Leitao, que le gouvernement québécois se prive volontairement de revenus importants, en n’imposant pas davantage les banques et autres institutions financières, notamment en réinstaurant, dans leur cas, la Taxe sur le capital, abolie en 2011. Lire la suite »

Le logement, un droit: le FRAPRU présente une campagne de témoignages

 

 

Genevieve_webMichel_webGisele_webAmyne_webRoger_webDenyse_webEtudiants_webLe FRAPRU présente, de novembre à mai 2015, une campagne de vidéos sur le thème « Le logement, un droit ». Douze capsules vidéos portant sur les réalités vécues par des locataires. À toutes les deux semaines, le FRAPRU diffusera une nouvelle capsule, ce qui lui permettra d’aborder diverses facettes de la situation du logement au Québec: coût élevé des loyers, insalubrité, pénurie d’appartements locatifs, reprises de logement, problèmes particuliers vécus par les femmes, les personnes seules, les familles avec enfants, les jeunes, les personnes plus âgées, les Autochtones et les ménages issus de l’immigration. Les capsules montreront également les impacts positifs que le logement social a sur des locataires jusque là en difficulté.

Celui de Gisèle, une personne résidant temporairement à la maison d’hébergement pour femmes en difficulté Le Chaînon, à Montréal; de Michel, un locataire retraité de Saguenay; de Geneviève, une mère de 5 jeunes enfants, vivant actuellement dans une coopérative d’habitation; de Roger, un locataire de Rosemont, victime d’une tentative de reprise de logement sous de faux motifs, de Denyse, une retraitée de 70 ans de Rouyn-Noranda qui à la recherche d’un logement qu’elle peut se payer, d’Amyne, qui témoigne des mauvaises conditions de logement qui sont souvent réservées aux familles ayant  immigré récemment et d’Izabeau et Alexis qui vivent en colocation avec 5 autres personnes, sur les conditions de logement des étudiants et étudiantes à bas revenus ont déja été mis en ligne.

Le FRAPRU invite tous les groupes et tous les individus intéressés par le droit au logement à relayer ces capsules vidéos, de manière à ce qu’elles circulent le plus largement possible. La campagne virale s’inscrit dans une campagne plus large visant à rappeler aux gouvernements leurs obligations à l’égard du droit au logement.

Dans le cadre de cette campagne, des déménagements aux bureaux des premiers ministres Stephen Harper et Philippe Couillard, respectivement à Ottawa et Saint-Félicien, ont eu lieu le 21 novembre, Journée canadienne sur l’habitation. Plusieurs autres actions auront lieu dans les prochains mois, dont une manifestation à Québec, le 21 mars et un camp au centre-ville de Montréal qui débutera le 21 mai.

Votre propriétaire veut hausser votre loyer? Vous avez le droit de dire non!

Si vous recevez un avis d’augmentation de loyer, vous avez le droit de refuser la hausse si elle vous semble abusive.

Assurez-vous d’abord que cet avis vous est envoyé dans les délais légaux. Si vous avez un bail de douze mois ou plus, l’avis du propriétaire doit être envoyé de 3 à 6 mois avant la fin du bail. Dans le cas d’un bail se terminant le 30 juin, l’avis doit vous parvenir avant le 31 mars.

Pour un bail de moins de 12 mois ou à durée indéterminée, l’avis doit être envoyé de 1 à 2 mois avant la fin du bail. Pour un bail d’une chambre, l’avis doit être envoyé entre 10 et 20 jours avant la modification de la demande.

Vous avez un mois après réception d’un avis d’augmentation de loyer pour accepter ou contester par écrit auprès du propriétaire. Il est important que vous ayez la preuve de l’envoi et de la réception de votre réponse. Nous vous conseillons donc de l’envoyer par courrier recommandé  (ou par huissier, ou dans un autre cas de vous assurez d’avoir un accusé de réception). Attention ! Si vous n’y donnez pas suite, il est présumé que vous acceptez la hausse. Si vous refusez, le propriétaire a un mois après réception de votre refus d’augmentation pour faire fixer le loyer par la Régie du logement ou pour tenter de négocier avec vous.

Pour savoir si une hausse de loyer est abusive, on peut se fier aux indices de la Régie du logement :
Logements chauffés par les locataires: 0,6 %

Logements chauffés par les propriétaires
à l’électricité: 1 %
au gaz: 1,8 %
au mazout: 1,4 %

Cependant, il faut aussi tenir compte des réparations effectuées par le propriétaire ainsi que de la hausse des taxes municipales et scolaires. Pour connaître les hausses de taxes, il faut contacter votre Ville (ou arrondissement) ainsi que la Commission scolaire.

Ne signez rien sous pression ou sur un coup de tête. Avant de prendre une décision, informez-vousLe FRAPRU vous recommande fortement de consulter votre comité logement ou association de locataires pour connaître vos droits, obtenir de l’aide pour le calcul de votre hausse de loyer, ainsi que les procédures à suivre.

Il est possible de télécharger un avis de réponse type ainsi qu’un formulaire de calcul sur le site web de la Régie.

Le FRAPRU rend visite à dix ministres pour faire pression pour la poursuite du programme AccèsLogis

Montréal, Québec et Châteauguay, le 22 janvier 2015 – À quelques semaines du second budget du gouvernement Couillard, le Front d’action populaire en réaménagement urbain augmente la cadence pour obtenir la poursuite du financement de nouveaux logements sociaux au Québec. Plusieurs dizaines de membres du FRAPRU se rendent donc, ce matin, devant les bureaux de circonscription de dix ministres ayant des responsabilités majeures au sein du cabinet libéral.

Sur l’Île de Montréal, six ministres sont visités : le ministre des Finances, Carlos Leitao; le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux; la vice-première ministre, Lise Thériault; le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier; le ministre des Transports et ministre responsable de Montréal, Robert Poéti; le ministre de l’Économie, Jacques Daoust. À Québec, c’est le cas de François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, et d’Yves Bolduc, ministre de l’Éducation. En Montérégie, les membres du FRAPRU se rendent chez Pierre Moreau, ministre responsable de l’Habitation, Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux, et Nicole Ménard, présidente du caucus du gouvernement.

Le FRAPRU ne cache pas sa profonde inquiétude quant à l’avenir d’AccèsLogis, le seul programme permettant encore le financement de nouveaux logements sociaux. Les mesures d’austérité appliquées par le gouvernement Couillard, de même que les contacts peu rassurants que l’organisme a eus avec des membres de la députation libérale et des hauts responsables de la Société d’habitation du Québec (SHQ), lui laissent craindre le pire. Lire la suite »

Plan d’action du FRAPRU d’ici l’été: camp pour le droit au logement et grève sociale sont au programme

Montréal, le 8 janvier 2015 – C’est par une série de coups d’éclat que le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) accroîtra la pression sur les gouvernements afin de les obliger à sortir de leur indifférence et de leur insensibilité à l’égard des problèmes de logement et de pauvreté.

Le point culminant de ces actions sera la tenue, à partir du 21 mai prochain, d’un camp à durée indéterminée en plein centre-ville de Montréal. Une grande manifestation donnera le coup d’envoi de l’évènement. Plus d’une centaine de personnes, mal-logées, itinérantes ou militantes, occuperont un terrain bien en vue du cœur de Montréal. Elles y organiseront des activités de toutes sortes, ouvertes à la population. Le campement urbain visera à attirer l’attention de l’opinion publique et à forcer la main des gouvernements, tant provincial que fédéral, pour qu’ils investissent de manière beaucoup plus importante dans le logement social. Lire la suite »