Tournée pour le droit au logement – En Mauricie, trop peu d’alternatives pour répondre aux besoins des personnes mal-logées

Trois-Rivières, le 21 septembre 2017 – La situation des locataires mal-logés de la Mauricie est inquiétante, selon les témoignages entendus lors du passage à Trois-Rivières de la Tournée pour le droit au logement, organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), en collaboration avec le Comité logement Trois-Rivières. Non seulement les personnes qui y ont pris la parole ont-elles mis en lumière le fait que le droit au logement est bafoué, mais elles ont fait état de négligence envers des obligations légales de bases comme l’habitabilité et la salubrité. L’audience était présidée par Christian Nadeau, président de la Ligue des droits et libertés. Une trentaine de militantes et de militants du FRAPRU de Montréal, de la Montérégie, de Québec et de Saguenay y ont assisté. Lire la suite »

Tournée pour le droit au logement – Les locataires pauvres aux prises avec des loyers trop chers, de l’insalubrité et des abus de pouvoir en Abitibi-Témiscamingue

Rouyn-Noranda, le 13 septembre 2017 – Au lendemain du passage à Rouyn-Noranda de la Tournée pour le droit au logement organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et l’Association des locataires de l’Abitibi-Témiscamingue (ALOCAT), des militantes et des militants pour le droit au logement de l’Abitibi, de Montréal et de la Montérégie remettent symboliquement au ministre Luc Blanchette une mise en demeure et une demande de logement à loyer modique. Lire la suite »

Début à Gatineau de la tournée du FRAPRU sur les dénis du droit au logement

Gatineau, le 6 septembre 2017 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) amorce aujourd’hui, à Gatineau, une tournée pour le droit au logement. Une série d’audiences populaires est organisée dans 5 villes, en 5 semaines, pour recueillir des informations sur l’état du droit au logement; des témoignages de ménages mal-logés y seront entendus. La première audience est présidée par Leilani Farha, Rapporteure spéciale de l’ONU sur le logement convenable.

La tournée du FRAPRU prend place alors que les gouvernements canadien et québécois ont l’opportunité de faire avancer substantiellement la reconnaissance du droit au logement cet automne. Le gouvernement fédéral doit présenter bientôt la première Stratégie canadienne sur le logement et le gouvernement du Québec dispose enfin de surplus substantiels qu’il pourrait investir dans le logement social. Lire la suite »

Tournée pour le droit au logement

Le droit à un logement suffisant, reconnu dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (article 11), est malmené au Québec et au Canada. Bien que tous deux aient ratifié ce Pacte en 1976, 270 000 ménages locataires québécois ont des besoins urgents parce qu’ils vivent dans des logements insalubres, trop chers ou trop petits.

Cet automne, alors que le gouvernement fédéral doit présenter la première Stratégie canadienne sur le logement, Martin Coiteux, ministre québécois responsable de l’habitation, promet pour sa part une version améliorée d’AccèsLogis. Il s’agit d’occasions à ne pas manquer pour faire avancer substantiellement la reconnaissance du droit au logement et faire progresser les investissements dans le logement social.

Le FRAPRU s’explique mal que les investissements des deux gouvernements ne se traduisent que par 3000 nouveaux logements sociaux, en 2017-2018, pour tout le territoire québécois. Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU a d’ailleurs lui-même dénoncé dans son plus récent rapport « la pénurie de logements sociaux » au Canada et dans les provinces. Il recommande aux deux paliers de gouvernement « de prendre des mesures efficaces pour accroître considérablement le nombre de logements sociaux abordables disponibles » alors qu’on dénombre actuellement 41 149 ménages inscrits sur les listes d’attente des offices municipaux d’habitation pour un HLM.

Le FRAPRU et ses membres réclament :

  • la réalisation de 50 000 nouveaux logements sociaux au Québec, en 5 ans;
  • la préservation des logements sociaux existants;
  • la reconnaissance formelle du droit au logement.

Pour faire entendre la voix des mal-logéEs et presser les gouvernements d’assumer pleinement leurs responsabilités, le FRAPRU organise, dès la fin de l’été, une tournée de cinq semaines qui s’arrêtera dans cinq régions du Québec, à Gatineau, Longueuil, Rouyn-Noranda, Trois-Rivières et Montréal. Ce sera l’occasion de recueillir des informations sur l’état du droit au logement et des témoignages de ménages mal-logés.

Leilani Farha, Rapporteur spéciale de l’ONU sur le logement convenable, Béatrice Vaugrante, directrice générale d’Amnistie Internationale – section Canada francophone et Christian Nadeau, président de la Ligne des droits et libertés présideront l’une ou l’autre de ces audiences populaires. Lire la suite »

Comité d’accueil du FRAPRU pour Justin Trudeau dans le quartier Saint-Sauveur à Québec

Québec, le 19 juillet 2017 – Un comité d’accueil de membres du FRAPRU à Québec, dont le Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS), attendait le premier ministre Justin Trudeau et le ministre responsable du Développement social, Jean-Yves Duclos, lors de leur passage au Patro Laval dans le quartier Saint-Sauveur cet après-midi. À quelques semaines du dépôt attendu de la première Stratégie canadienne sur le logement les militantes et militants pour le droit au logement voulaient rappeler au premier ministre qu’il s’agit d’une occasion à ne pas manquer pour améliorer les conditions de logement des personnes mal-logées du Québec et du quartier. 18 480 ménages locataires de Québec paient actuellement plus de la moitié de leur revenu pour se loger, dont 940 dans Saint-Sauveur. Lire la suite »

Mise en œuvre du programme Objectif emploi: Une approche contraignante et punitive qui ne règle rien

Québec, le 12 juillet 2017 – Le gouvernement du Québec vient de dévoiler le projet de règlement qui vise, notamment, la mise en œuvre du programme Objectif emploi. Celui-ci confirme que les personnes qui feront une première demande d’aide sociale devront obligatoirement participer à ce programme et que, si elles ne le font pas d’une façon jugée satisfaisante, leur prestation sera coupée d’un montant pouvant aller jusqu’à 224 $.

Pour Serge Petitclerc, du Collectif pour un Québec sans pauvreté et co-porte-parole de la Coalition Objectif Dignité, « L’attitude du gouvernement est très contradictoire. Le ministre Blais nous promet depuis le début un meilleur accompagnement pour les personnes, mais le projet de règlement ne donne pas de détails sur les modalités de cet accompagnement, ni même sur le processus d’élaboration des plans d’intégration en emploi. Au contraire, son règlement parle essentiellement des sanctions financières qui seront imposées aux personnes qui ne seront pas en mesure de se conformer aux exigences du programme Objectif emploi. » Lire la suite »

Au lendemain de la journée nationale de déménagements – Deux regroupements nationaux de défense des droits des locataires réclament la reconnaissance formelle du droit au logement

Montréal, le 2 juillet 2017 – Au lendemain de la grande journée de déménagements, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) réclament des mesures concrètes pour améliorer les conditions de vie des ménages locataires. Alors que les ministres responsables de l’habitation à Ottawa et à Québec disent vouloir faire mieux, les deux regroupements les pressent d’investir sérieusement dans le développement de nouveaux logements sociaux et demandent à Québec de se doter d’un véritable contrôle des loyers. Lire la suite »

Nouveaux pouvoirs de la métropole : Le FRAPRU exige une réserve de sites pour le logement social

Montréal, le 17 juin 2017 – Alors que le maire Coderre vient de promettre que le logement sera une priorité de la toute première politique de développement social de la Ville, les groupes membres montréalais du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’impatientent. Rassemblés devant la résidence du maire, dans l’arrondissement Montréal-Nord, ils le pressent de s’engager à constituer sans plus tarder une réserve de bâtiments et de terrains pour de futurs projets de logements sociaux. Lire la suite »

Droit au logement dans les régions: Le FRAPRU réclame des logements sociaux partout au Québec

Montréal, le 24 mai 2017 –  À l’occasion de la troisième journée d’occupations du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), un campement a été installé ce matin à Rouyn-Noranda. Le FRAPRU met ainsi en lumière la réalité particulière vécue dans les régions excentriques. « Les besoins sont grands dans les régions éloignées des grands centres; pourtant, les nouveaux logements sociaux s’y développent au compte-goutte », indique Véronique Laflamme, porte-parole du regroupement. Elle précise que le programme AccèsLogis ne tient actuellement pas compte des réalités régionales et que les mêmes difficultés de développement des logements sociaux sont rencontrées en Abitibi, sur la Côte-Nord et en Gaspésie, où la coordonnatrice du FRAPRU participera demain au Colloque régional en habitation sociale et communautaire.

Les activités économiques dans les régions éloignées ont des conséquences réelles sur la négation de leur droit au logement, constate le FRAPRU. « En Abitibi, les booms économiques des dernières années ont fait augmenter le coût des loyers et les grands logements demeurent rares. En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, la sécurité d’occupation des locataires est souvent compromise par le tourisme », explique Véronique Laflamme. Afin que les locataires à faible et modeste revenus vivant hors des grands centres puissent se loger décemment, de manière abordable, ils doivent avoir accès à des logements coopératifs ou sans but lucratif. « Non seulement les coûts de réalisation reconnus par le programme AccèsLogis n’ont pas été indexés depuis 2009, mais les mesures d’aide aux régions dites éloignées ont été coupées », rappelle Véronique Laflamme. Le FRAPRU demande au ministre responsable de l’habitation, Martin Coiteux, d’améliorer le programme et de le bonifier, afin qu’il réponde aux besoins, partout au Québec. Lire la suite »

Série d’occupations de terrains et de bâtiments: le FRAPRU maintient la pression pour le logement social

Montréal, le 23 mai 2017 – Tout en dénonçant la répression policière inouïe dont ses membres et les personnes alliés ont fait l’objet à Montréal, hier, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) poursuit aujourd’hui sa série d’occupations pour obtenir des investissements plus ambitieux en matière de logement social. Réunis sous la bannière « Pour du logement social, ici! », les groupes des différentes régions exigent des gouvernements Couillard et Trudeau qu’ils s’engagent pour le droit au logement. À Montréal, une nouvelle occupation vient de débuter dans un bâtiment vacant depuis plusieurs années de l’arrondissement du Plateau Mont-Royal, situé au 60, rue Milton. Lire la suite »