Appel à la solidarité contre les évictions au Burkina Faso

Les maisons de 7000 familles du Burkina Faso sont en train d’être rasées par leur gouvernement afin de faire de la place pour étendre hôpital Blaise Compaoré.  L’État burkinabé a envoyé des policiers pour chasser les gens de leurs terres.

Le membre local du réseau international NoVox, le MSP-DROL, nous demande d’interpeller l’Ambassadeur du Burkina Faso au Canada pour qu’il intercède auprès du gouvernement de Ouagadougou (la capital du Burkina Faso) et fasse cesser cette expulsion sauvage, pour réclamer des dédommagements et du relogement.

Vous trouverez ci-après une lettre-type à reprendre et à acheminer à l’Ambassadeur. 

Solidairement, la permanence du FRAPRU

Lire la suite »

Logement social et lutte à la pauvreté: le FRAPRU émet son bulletin de campagne

Montréal, le 4 avril 2014 — À quelques jours des élections générales, le FRAPRU dresse un bilan de campagne plutôt sombre pour les ménages mal-logés du Québec. Non partisan, le regroupement a analysé les propositions des organisations politiques déjà représentées à l’Assemblée nationale sur le logement et la lutte à la pauvreté et, selon lui, les engagements des trois principaux partis sont loin d’être à la hauteur des besoins.

Lire la suite »

Manifestation contre l’austérité: Des groupes sociaux réclament un changement de cap

Près de 150 membres du FRAPRU ont marché, ce 3 avril, aux côtés des étudiantes et étudiants pour dénoncer le recours accru à des mesures d’austérité. Le FRAPRU, comme les autres membres de la  Coalition opposée  la tarification et à la privatisation des services publics, s’inquiète de l’augmentation des inégalités sociales au Québec causée notamment par la tarification et la privatisation des services publics, les compressions budgétaires et les coupures dans les programmes sociaux comme celles à l’aide sociale.

Au lendemain de la hausse de 4,3% des tarifs d’Hydro-Québec, la Coalition soutient que cette tarification croissante des services publics comme la hausse des frais de scolarité, l’instauration de la taxe santé, auxquelles pourraient s’ajouter une hausse des tarifs des CPE ou encore l’assurance-autonomie, appauvrit la majeure partie de la population.  La Coalition rappelle que tout en voulant se faire les champions du déficit zéro, les derniers gouvernements ont refusé d’aller chercher des revenus supplémentaires par le biais d’une fiscalité plus progressive et choisi des mesures régressives. Elle craint que le budget qui sera présenté dans les prochaines semaines s’inscrive dans cette lignée.

Le FRAPRU trouve révoltant de voir qu’on bafoue des droits fondamentaux comme celui à un revenu décent,  au logement, à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, quand on sait qu’on a amplement les moyens de faire autrement. Avec la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, il avertit les partis qui seront à l’Assemblée nationale le 7 avril que s’ils ne cessent de faire des choix politiques qui favorisent les intérêts d’une minorité, ils devront s’attendre à l’accroissement de la contestation sociale. La Coalition mène actuellement une campagne pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle met de l’avant 19 solutions fiscales, totalisant 10 milliards $ par année pour les coffres de l’État, qui permettraient de financer adéquatement les services publics et les programmes sociaux et d’éviter des mesures d’austérité.  Lire le communiqué de presse émis par la Coalition.

10 milliards $ de solutions fiscales à l’austérité budgétaire

L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, dont le FRAPRU est membre, se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 moyens pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La Coalition  déplore que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

La richesse existe!
Au cours de la campagne, la coalition diffusera 5 fiches thématiques qui permettront à la population de mieux s’informer sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

Itinérance : une politique qui devra avoir des suites

Montréal, le 27 février 2014 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain salue la présentation par le gouvernement québécois de sa première Politique nationale de lutte à l’itinérance, en avertissant qu’elle doit être plus qu’une coquille vide et que, pour ce faire, elle doit être rapidement suivie d’un plan d’action ambitieux. Le FRAPRU interpelle tous les partis en lice aux élections générales, en leur demandant de prendre des engagements clairs et chiffrés à ce sujet.

Lire la suite »

Le FRAPRU accuse Jim Flaherty d’avoir laissé tomber le logement social

Montréal, le 11 février 2014 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain est outré que le budget du ministre des Finances, Jim Flaherty, n’ait pas annoncé la prolongation immédiate des subventions que le gouvernement fédéral verse depuis des décennies à 586 000 logements sociaux existants au Canada, dont 126 000 au Québec. Selon le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant, « le ministre Flaherty vient carrément de laisser tomber 14 000 logements sociaux qui seront privés, dès 2014, de ce financement permettant d’offrir des logements à bas loyer à des locataires à très faible revenu ». Il précise que « des locataires vivant en coopérative d’habitation et dans une autre forme de logement sans but lucratif verront, dans les prochains mois, leur loyer doubler ou même tripler ». Lire la suite »

Budget ou élection : plus de 400 membres du FRAPRU proposent de taxer les banques pour financer du logement social

Montréal, le 9 février 2014 –  Plus de 400 personnes marchent dans les rues de Montréal, cet après-midi, pour exiger que le prochain budget du gouvernement québécois annonce le financement de 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans, afin de répondre plus adéquatement aux problèmes grandissants de logement et d’itinérance. La manifestation est organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et rassemble des personnes provenant de Québec, de l’Estrie, de la Mauricie, de la Montérégie, de l’Outaouais, de l’Abitibi-Témiscamingue et de Montréal. Lire la suite »

Votre propriétaire veut hausser votre loyer? Vous avez le droit de dire non!

Si vous recevez un avis d’augmentation de loyer, vous avez le droit de refuser la hausse si elle vous semble abusive.

Assurez-vous d’abord que cet avis vous est envoyé dans les délais légaux. Si vous avez un bail de douze mois ou plus, l’avis du propriétaire doit être envoyé de 3 à 6 mois avant la fin du bail. Dans le cas d’un bail se terminant le 30 juin, l’avis doit vous parvenir avant le 31 mars.

Pour un bail de moins de 12 mois ou à durée indéterminée, l’avis doit être envoyé de 1 à 2 mois avant la fin du bail. Pour un bail d’une chambre, l’avis doit être envoyé entre 10 et 20 jours avant la modification de la demande.

Vous avez un mois après réception d’un avis d’augmentation de loyer pour accepter ou contester par écrit auprès du propriétaire. Il est important que vous ayez la preuve de l’envoi et de la réception de votre réponse. Nous vous conseillons donc de l’envoyer par courrier recommandé  (ou par huissier, ou dans un autre cas de vous assurez d’avoir un accusé de réception). Attention ! Si vous n’y donnez pas suite, il est présumé que vous acceptez la hausse. Si vous refusez, le propriétaire a un mois après réception de votre refus d’augmentation pour faire fixer le loyer par la Régie du logement ou pour tenter de négocier avec vous.

Pour savoir si une hausse de loyer est abusive, on peut se fier aux indices de la Régie du logement :
Logements chauffés par les locataires: 0,8 %

Logements chauffés par les propriétaires
à l’électricité: 1,1 %
au gaz: 1,1 %
au mazout: 0,6 %

Cependant, il faut aussi tenir compte des réparations effectuées par le propriétaire ainsi que de la hausse des taxes municipales et scolaires. Pour connaître les hausses de taxes, il faut contacter votre Ville (ou arrondissement) ainsi que la Commission scolaire.

Ne signez rien sous pression ou sur un coup de tête. Avant de prendre une décision, informez-vousLe FRAPRU vous recommande fortement de consulter votre comité logement ou association de locataires pour connaître vos droits, obtenir de l’aide pour le calcul de votre hausse de loyer, ainsi que les procédures à suivre.

Il est possible de télécharger un avis de réponse type ainsi qu’un formulaire de calcul sur le site web de la Régie.

Augmentations de loyer pour 2014: «Les loyers sont déjà trop chers», affirme le FRAPRU

Montréal, le 24 janvier 2014 - « Les loyers sont déjà trop chers. La dernière décennie a été dure pour les locataires qui, en raison de la pénurie de logements locatifs, ont vu leur loyer augmenter davantage que leur revenu. Il est plus que temps que ça change!». C’est en ces termes que le coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant, a réagi au taux d’ajustement des augmentations de loyer pour 2014, publié aujourd’hui par la Régie du logement.

En se basant sur les données de l’Enquête nationale auprès des ménages menée en 2011 par Statistique Canada[1], le FRAPRU constate que le loyer moyen a augmenté de 29 % au Québec entre 2000 et 2010. Or, le revenu moyen des locataires n’a crû que de 21 % durant la même période. Dans la région métropolitaine de Gatineau, le loyer et le revenu ont augmenté respectivement de 37 % et de 23 %, dans celle de Montréal, de 31 % et de 19 % et dans celle de Québec, de 34 % et de 28 %.

Lire la suite »

Le documentaire Au pied du mur maintenant en ligne

Le documentaire « Au pied du mur » réalisé autour de la Commission populaire itinérante sur le droit au logement initiée en 2012 par le FRAPRU est maintenant en ligne. À voir absolument! Durée: 35 minutes.

Pour en savoir davantage, nous vous invitons à lire le rapport de cette commission.