Des locataires de l’est de Montréal occupent le terrain de l’usine Sugar Lantic pour réclamer du logement social

DSCF7739Montréal, le 12 mai 2016 – C’est en occupant le terrain de l’usine Sugar Lantic que les comités logement de l’est de l’île de Montréal* réclament que les gouvernements fédéral et québécois investissent davantage dans le logement social. Cet évènement s’inscrit dans le cadre d’une semaine nationale d’occupation de terrains et de bâtiments, initiée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

Émilie Lecavalier, organisatrice communautaire au BAILS Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole de l’action, estime que « cette action est déterminante pour affirmer les besoins des personnes démunies en matière de logement social et le fait que les gouvernements ne peuvent plus ignorer leurs responsabilités face aux moins nantis » . Elle ajoute : « L’occupation de ce site vise aussi à démontrer que ce ne sont pas les lieux qui manquent pour réaliser du logement social. Ils ne pourront toutefois se concrétiser que si les gouvernements investissent les fonds nécessaires à leur développement. »

Mme Lecavalier rappelle que le dernier budget québécois a, pour une deuxième année consécutive, prévu de ne financer que 1500 nouveaux logements sociaux au Québec, ce qui est deux fois moins qu’avant 2015, et largement insuffisant par rapport aux besoins. Elle mentionne qu’au Québec, 270 000 ménages ont des besoins impérieux de logement et que « pour l’ensemble de nos quatre territoires, il s’agit de 6632 personnes qui sont en attente d’un HLM ; il est donc clair que les sommes annoncées par les gouvernements sont insuffisantes pour répondre à la demande » de renchérir Mme Lecavalier.

François Saillant, porte-parole du FRAPRU rappelle que plusieurs logements sociaux seront touchés par la fin des conventions au fil des prochaines années et qu’il est primordial que le gouvernement fédéral investisse les sommes nécessaires à la sauvegarde des logements sociaux existants. « Préserver le nombre de logements qui existent est crucial, si nous ne voulons pas aggraver la situation pour les ménages locataires à faible revenu, mais il faut aussi que le gouvernement fédéral consacre 2 milliards de dollars à la construction de nouveaux logements sociaux afin de sortir les mal-logés de leur situation difficile » souligne-t’il.

Les comités qui organisent l’occupation, revendiquent que les deux paliers de gouvernement investissent des sommes suffisantes pour que 50 000 nouveaux logements sociaux puissent se réaliser en cinq ans au Québec. Pour ce faire, ils exigent notamment que l’actuel programme québécois de logement social, AccèsLogis, soit maintenu et que son budget soit augmenté.

( *Groupes qui organisent l’action d’occupation dans l’est : Comité BAILS Hochelaga-Maisonneuve, Comité logement Rosemont, Comité logement Montréal-Nord, InfoLogis de l’est)

– 30 –

 

Pour plus d’informations

Émilie Lecavalier, Comité BAILS (514) 623-5593 (cellulaire)

François Saillant, FRAPRU (514) 850-1431 (cellulaire)