Les candidats vedettes conservateurs dans la région de Québec reçoivent un avis d’éviction du FRAPRU

20150924_102659Québec, le 24 septembre 2015 – Une délégation de membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) visite, ce matin, à Québec et à Lévis, les locaux électoraux des candidats vedettes du Parti conservateur dans la région, Steven Blaney et Gérard Deltell. D’autres évènements auront lieu au même moment à Montréal, Gatineau, Sherbrooke, Trois-Rivières, Rouyn-Noranda et Rimouski.

Le FRAPRU veut rappeler aux trois partis qui aspirent au pouvoir, l’urgence d’investir massivement en logement social. Selon des statistiques fédérales, un million et demi de ménages ont des besoins impérieux de logement au Canada, dont 270 000 ménages locataires au Québec et 23 500 dans la région de Québec.

 

Un avis d’éviction pour le Parti conservateur

Les membres du FRAPRU dans la région de Québec installeront un avis d’éviction en bonne et due forme au local électoral des candidats conservateurs. Le FRAPRU accuse le gouvernement sortant de menacer la survie même des logements sociaux existants. Il reproche au parti Conservateur de n’avoir pris aucun engagement en matière de logement social, ou même abordable, depuis le début de la campagne électorale, se contentant de promettre des mesures favorisant l’accès à la propriété.

Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU à Québec s’offusque de ce silence : « Ce que nous propose le Parti conservateur, c’est le statu quo. Ce qu’il nous promet, c’est de continuer à n’accorder que des miettes aux provinces et aux territoires pour leurs programmes d’aide aux ménages mal-logés, ainsi que de laisser les subventions fédérales au parc actuel de logements sociaux s’éteindre peu à peu, ce qui en compromet dangereusement l’accessibilité financière ».

Nicolas Lefebvre Legault du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste s’inquiète pour les 15 000 logements sociaux menacés par la fin des subventions fédérales à Québec. Il précise à ce sujet que 4100 logements sociaux ont perdu leurs subventions au Québec, durant le dernier mandat du gouvernement de Stephen Harper, et que ce sera le cas de 26 500 autres d’ici la fin de 2020. Pour le FRAPRU, c’est clair : « le Parti conservateur ne mérite rien de mieux que de se faire montrer la porte ».

– 30 –

 

Pour plus d’informations

Véronique Laflamme, 418-956-3403 (cell.)

@FRAPRU