Mesures pour locataires

Vous avez un problème de logement?

Si vous avez un problème de logement, vous êtes invitéEs à contacter le Comité logement de votre secteur.

Si vous êtes à faible revenu et que ça n’est pas déjà fait, demandez un HLM en vous inscrivant sur la liste d’attente de votre office d’habitation.

Si vous risquez de vous retrouver sans logement dans les prochains mois et que vous résidez dans l’une des villes citées dans le tableau ci-bas, contactez votre Office municipal d’habitation pour faire part de votre situation et demandez de l’aide. Pour les autres villes, contactez le service à la clientèle de la SHQ, au 1 800 463-4315. Dans tous les cas, contacter également le FRAPRU ou le comité logement de votre territoire pour l’informer de votre situation.

Services de référenceTéléphone
OMH de Montréal   514-868-4002
OMH de Québec418-780-5211
OMH de Drummondville819-474-1227,
poste 234
OMH de Trois-Rivières819-378-5438
OMH de l’Outaouais   819-568-AIDE (2433)  
OMH de Laval   450-688-0184
OMH de Brome-Missisquoi   450-263-2143, poste 106,
ou 1-833-843-2143
Association des locataires de Sherbrooke 819- 791-1541‬

Vous pouvez également contacter vos députéEs du Québec et du Canada pour leur faire connaître vos problèmes de logement. Cela permet d’ajouter de la pression sur les gouvernements pour les convaincre de mieux répondre aux besoins.  On peut trouver les noms et les coordonnées des députéEs de l’Assemblée nationale du Québec ici:, et ceux de la Chambre des communes d’Ottawa ici.

Nous vous invitons également à compléter ce sondage , cela prend seulement quelques minutes. Obtenir des données nous aidera à faire pressions pour que les gouvernements mettent des ressources en place rapidement.

Déménagement, le flou persiste

Malgré des propos rassurants tenus par la ministre de l’habitation en Commission parlementaire, il n’y a toujours pas de directive officielle à l’intention des corps policiers de ne pas émettre de contraventions durant les déménagements. Voici les consignes officielles du gouvernement en la matière. Le guide sur les bonnes pratiques sanitaires lors d’un déménagement est disponible en 23 langues.

Si vous êtes montréalaises ou montréalais, voici également un questions/réponses ainsi qu’un feuillet de conseils au sujet des déménagements, émis par la Ville.

Recherche de logements

L’Office municipal d’habitation de Montréal a mis en place un outil en ligne pour vous aider dans votre recherche de logement sur le territoire montréalais. L’outil regroupe les liens vers les sites les plus populaires pour trouver un logement sur le marché locatif privé.

À Québec, l’Office municipal d’habitation de Québec a également mis un outil de recherche de logements privés en ligne, même chose à Lévis.

Le 27 mai, la Ville de Montréal a également annoncé une partie des mesures qui seront mises en place pour les locataires qui n’auront pas trouvé de logement autour du 1er juillet.

Mesures mise en place par le gouvernement du Québec depuis le début de l’urgence sanitaire

Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, le gouvernement du Québec a mis en place une poignée de mesures pour aider les ménages locataires. Bien que celles-ci soient très insuffisantes pour les protéger des abus de leurs propriétaires, de se retrouver sans toit durant la pire pénurie de logement en 15 ans au Québec et pour permettre à ceux et celles qui ont eu des pertes de revenus en raison de la Covid-19 de payer leur loyer sans s’endetter, nous vous les présentons ci-bas.

Pour en savoir plus sur les revendications que nous portons auprès des gouvernement Legault et Trudeau durant la pandémie, c’est ici.

Un moratoire sur les évictions et la suspension des audiences à la Régie du logement pouvant mener à des évictions

Le 21 mars 2020, un moratoire sur les évictions et la suspension des audiences à la Régie du logement pouvant mener à des évictions, a été mis en place tant et aussi longtemps que l’état d’urgence sanitaire sera décrété (pour le moment il est renouvelé jusqu’au 3 juin). À ce jour, rien n’a été mis en place pour protéger les locataires qui se seront trouvé dans l’incapacité de payer leur loyer et qui risquent par le fait même une expulsion dès que la Régie du logement va se remettre au travail.

Un prêt pour les locataires et mesures d’hébergement d’urgence

Le 29 avril dernier, le gouvernement québécois a annoncé un système de prêts sans intérêts pour le paiement du loyer des locataires recevant la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ou une prestation d’assurance-emploi. Le prêt sera de 1 500 $ maximum, correspondant à deux mois de loyer. Les locataires devront en faire la demande en remplissant le formulaire suivant d’ici le 15 juillet 2020 et devront le rembourser avant le 1er août 2021. Il est important de noter que cette aide financière sera versée directement au propriétaire.

Le gouvernement Legault a également annoncé à la fin avril des mesures d’hébergements temporaire, mais seulement pour les ménages en attente d’un logement dont la construction ou la rénovation est retardée. Les ménages admissibles recevront une somme maximale de 2 000 $ par mois pour une période allant jusqu’à 2 mois. Cette somme leur sera remise sous forme de remboursement pour des frais d’hébergement temporaire. De plus, une aide financière maximale de 1 000 $ sera aussi prévue pour couvrir les frais d’entreposage et de déménagement de ces ménages.

Pour prendre connaissance des détails concernant ces deux mesures, c’est ici.

Pour connaître la réaction du FRAPRU à ces mesures, qu’il juge déconnectées de la réalité des locataires, c’est ici.

Pour aller plus loin …

Pour en savoir plus sur vos droits comme locataires durant la pandémie, nous vous suggérons de consulter ce questions / réponses réalisé par le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les mesures annoncées par les gouvernements du Québec et du Canada pour soutenir les ménages affectés financièrement, directement ou indirectement, par la COVID-19 (personnes en quarantaine, personnes ne pouvant plus travailler, personnes devant s’occuper de leurs enfants, etc.), c’est ici.