Les groupes de Québec du FRAPRU organisent l’occupation d’un bâtiment abandonné pour réclamer du logement social

 
IMG_6715Québec, 11 mai 2016 – C’est en occupant au terme d’une manifestation un immeuble à logement abandonné du quartier Saint-Sauveur que les groupes de Québec du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) réclament que les gouvernements fédéral et québécois investissent davantage dans le logement social. Cette occupation s’inscrit dans le cadre d’une semaine nationale d’occupation de terrains et de bâtiments initiée par le FRAPRU.

Marie-Joëlle Lemay-Brault, porte-parole du Comité des citoyennes et des citoyens du quartier Saint-Sauveur affirme que « la présente occupation prouve notre détermination à tout mettre en œuvre afin que le droit au logement devienne une réalité pour l’ensemble des personnes et des familles de Québec». Elle ajoute : « L’occupation d’aujourd’hui vise aussi à démontrer que ce ne sont pas les lieux qui manquent pour réaliser du logement social au centre-ville. Ces logements ne pourront cependant se réaliser que si les autorités en ont la volonté politique et si les gouvernements financent beaucoup plus de logements sociaux à l’échelle du Québec. »

Le FRAPRU rappelle que le dernier budget québécois a, pour une deuxième année consécutive, prévu de ne financer que 1500 nouveaux logements sociaux au Québec, ce qui est deux fois moins qu’avant 2015. Il précise que le gouvernement Couillard pourrait immédiatement dépasser cet objectif s’il acceptait d’utiliser à cette fin les sommes additionnelles qu’il recevra d’Ottawa. François Saillant, le coordonnateur du FRAPRU, explique : « Dans son propre budget, le gouvernement fédéral de Justin Trudeau a annoncé un accroissement sensible de ses investissements dans le logement abordable. En deux ans, le Québec recevra en moyenne trois fois plus d’argent pour ses programmes d’aide aux ménages mal-logés que ce n’était le cas jusqu’ici. Il faut absolument que cet argent aille au logement social qui est la seule façon s’assurer du logement réellement abordable et ce, sur une base permanente. »

Les groupes de Québec du FRAPRU estiment cependant qu’il faudra beaucoup plus pour s’attaquer à toute l’ampleur des problèmes de logement. Selon les chiffres mêmes de la Société canadienne d’hypothèques et de logement, pas moins de 270 000 ménages locataires ont des besoins impérieux de logement au Québec, dont 23 440 dans la région métropolitaine de Québec.

Le FRAPRU revendique que les deux paliers de gouvernement investissent des sommes suffisantes pour que 50 000 nouveaux logements sociaux puissent se réaliser en cinq ans au Québec. Pour ce faire, il exige notamment que l’actuel programme québécois de logement social, AccèsLogis, soit maintenu et que son budget soit augmenté.

Pour plus d’informations sur la semaine nationale d’occupations : www.occupationencours.net

– 30 –

 Pour plus d’informations

François Saillant: (514) 919-2843

Marie-Joëlle Lemay-Brault: (418) 529-6158