Bulletin

Bulletin 139 – Le droit au logement à l’heure de la pandémie

Le bulletin numéro 139 du FRAPRU, fait peau neuve et est sorti des presses. Vous pouvez le consulter en ligne ici.

Hausses de loyer abusives, pratiques discriminatoires, « rénovictions », surpopulation et insalubrité étaient déjà un ensemble de phénomènes compromettant le droit au logement au Québec. Avec la pénurie de logements locatifs sans précédent en 15 ans, la crise sanitaire et la récession économique qui menace le Québec, la situation est dramatique pour les ménages à faible revenu, essentiellement locataires.

Malgré l’entente Québec-Canada sur le logement, les gouvernements ne semblent pas vouloir prendre la mesure de la situation et agir en conséquence.  Le FRAPRU ne manquera pas de les ramener à leurs responsabilités !

Dans cette édition:

Des occasions manquées pour répondre aux besoins des mal logéEs

La crise profonde vécue par de nombreux ménages locataires québécois risque d’être fortement accentuée par la crise économique générée par la pandémie. La crise sanitaire a aussi eu l’effet imprévu de faire exploser les transactions immobilières, ce qui a notamment augmenté le prix des logements. La hausse dans ce secteur ne sera pas sans conséquence et risque d’accentuer la pression sur le marché locatif et les locataires déjà victimes d’évictions frauduleuses. Dans ce contexte, alors que plusieurs organisations appellent à une relance économique porteuse de justice sociale et à des mesures pour venir en aide aux ménages à faible et modeste revenus, les annonces faites jusqu’ici par les gouvernements Trudeau et Legault sont clairement insuffisantes.

Lire la suite »

La pandémie expose et accentue la crise du logement

La pandémie a aggravé le sort des personnes mal-logées les plus pauvres et mis en lumière les liens étroits et indissociables entre santé et droit au logement. 

Lire la suite »

1er juillet 2020 : un bilan désastreux

Crise du logement et crise sanitaire ont marqué au fer rouge le 1er juillet 2020. Pénurie, discrimination, loyers inabordables, évictions, recherche de logement écourtée en raison du confinement : de trop nombreux ménages locataires se sont retrouvés contraints de louer un logement trop cher, trop petit, ou encore inadapté à leurs besoins. Les mesures d’urgence mises en place tardivement pour les locataires n’ayant pas réussi à signer un nouveau bail, l’incertitude est demeurée jusqu’à la dernière minute et la situation reste dramatique pour ceux qui n’y sont toujours pas parvenus.

Lire la suite »

Logement et santé : Québec et Ottawa doivent investir dans le logement social, pour que ça aille mieux

Pour que tout le monde soit en sécurité, malgré la pandémie, pour sortir le Québec de la crise du logement, pour protéger les HLM et leurs locataires, les gouvernements doivent absolument délier les cordons de leurs bourses.

Lire la suite »

Bulletin 138 – Reculs du droit à un logement convenable: où sont Québec et Ottawa?

Le bulletin numéro 138 du FRAPRU est sorti des presses.  Vous pouvez le consulter en ligne ici.

  • Pénurie de logements locatifs dans plusieurs villes, notamment de logements familiaux.
  • Pressions sur les locataires de longue date pour leur arracher des hausses de loyer abusives, ou racheter leur bail et les remplacer, en imposant des loyers exorbitants.
  • « Réno-victions » et conversions en condos accélérant la gentrification des secteurs centraux, chassant les plus vulnérables.
  • Discriminations contre les familles, les aînéEs, les personnes racisées et les pauvres.
  • Parc de logements locatifs vieillissant, mal entretenu et mis à mal par les dérèglements climatiques.
  • Accroissement marqué de l’itinérance visible et invisible.
  • Manque criant de logements sociaux.

Pendant ce temps, des HLM sont barricadés parce qu’ils sont devenus inhabitables.  Les logements construits avec l’aide d’Ottawa, supposés être abordables, sont loués à 1000 $, voire 1200 $ par mois, et d’autres sont promis à plus de 1500 $ par mois.  Quelque 15 000 logements sociaux annoncés depuis 10 ans ne sont toujours pas sortis de terre et les sommes disponibles ne permettront d’en construire que la moitié. La réaction des gouvernements fédéral et québécois est en dessous de tout.  Au cours des prochains mois, les membres du FRAPRU ne les épargneront pas!

Dans cette édition:

La crise du logement s’aggrave au Québec et le gouvernement se traine les pieds

Caravanes du FRAPRU, octobre 2011. Photo: Patrick Landry

L’économie « roule » au Québec; le taux de chômage atteint des planchers historiques (4,8 % en septembre), mais le droit au logement recule.  Le gouvernement Legault encourage la croissance économique de maintes manières, mais sans intervenir, ou si peu, au plan de l’habitation, abandonnant aux forces du marché les ménages qui ne profitent pas du développement économique. Pourtant, des solutions existent; elles sont requises maintenant.

Lire la suite »

Gouvernement minoritaire à Ottawa: la balance du pouvoir pourrait favoriser le logement social

Le 21 octobre dernier, un gouvernement minoritaire a été élu à Ottawa.  Ce pourrait être l’occasion d’obtenir un réengagement fédéral dans le logement social.

Lire la suite »

Pour une justice sociale et environnementale


Contingent du FRAPRU lors de la manifestation pour le climat, réunissant un demi million de personnes, à Montréal, le 27 septembre 2019. Photo :  Céline Magontier.

Le 27 septembre dernier, une incroyable mobilisation a eu lieu dans de nombreuses régions du Québec dénonçant l’inaction des gouvernements face à l’urgence climatique. Une mobilisation qui prend racine dans les menaces des dérèglements climatiques, de perte de la biodiversité et l’augmentation des gaz à effet de serre (GES).

Lire la suite »

Pour du logement social maintenant!

Pour obtenir du gouvernement québécois des engagements financiers ambitieux pour le logement social, le FRAPRU lance une nouvelle campagne.  Pendant deux ans, il parcourra le Québec pour mettre en lumière les problèmes de logement vécus par les locataires et les projets de logements sociaux portés dans les régions.  Intitulée Pour du logement social maintenant!, la campagne culminera par un camp des mal-logéEs, au printemps 2021, dans la grande région de Montréal.

Lire la suite »