Communiqués

Bilan du 1er juillet: Des solutions sont à portée de main pour régler les problèmes de logement,

Montréal, le 2 juillet 2018 – Au lendemain de la grande journée de déménagements, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’inquiète des conséquences de la rareté de logements à prix abordable. À cette occasion, le regroupement provincial lance son 7ème Dossier noir sur le logement et la pauvreté, lequel fait le point sur la situation des ménages locataires au Québec. À la veille du déclenchement des élections québécoises, le regroupement soutient que le gouvernement québécois a tous les moyens à disposition pour diminuer drastiquement les problèmes de logement et permettre aux ménages à faible et à modeste revenus de rester dans leurs quartiers, même s’ils sont en proie à la gentrification.

Plusieurs ménages locataires toujours dans une situation précaire
Malgré la disponibilité de logements à louer, 123 de locataires à travers la province ont encore appelé à l’aide, parce qu’ils craignaient de se retrouver à la rue le 1er juillet. Lire la suite »

Plan de lutte à l’insalubrité de Montréal: Le FRAPRU s’inquiète de l’insuffisance de mesures pour protéger les locataires pauvres

Montréal, le 28 juin 2018 — En réaction au Plan d’action 2018-2021 pour des conditions de logement décentes Mieux se loger à Montréal, lancé ce matin par l’administration Plante  Le FRAPRU apprécie les mesures que la Ville va mettre en place pour améliorer son efficacité dans le traitement des plaintes des locataires en cas d’insalubrité, notamment lorsqu’il y a prolifération de punaises lit.  Il se réjouit également du renforcement de mesures coercitives, notamment l’augmentation des pénalités financières contre les propriétaires récalcitrants, voire la réalisation à leur place des travaux nécessaires.  Le regroupement émet toutefois un bémol en constatant que la municipalité ne s’attarde pas aux impacts budgétaires que cela aura sur les locataires à faible revenu.

Le FRAPRU remarque que tout en promettant des subventions à la rénovation et malgré ses mises en garde répétées, Montréal ne prévoit rien pour contrer l’augmentation des coûts de loyer, suite aux travaux rendus nécessaires à cause de décennies de négligence.  « Même subventionnés, ces travaux feront monter le prix des loyers ; or, les locataires à faible et à modeste revenus n’ont aucune marge de manœuvre sur le plan financier », proteste Marie-José Corriveau, coordonnatrice du FRAPRU.

L’organisme rappelle que les expériences passées ont largement démontré que les programmes de rénovation ont été souvent utilisés par des propriétaires négligents, voire malveillants, et ont conduit des ménages à faible revenu à la rue. Le FRAPRU craint que les représentations annoncées auprès des gouvernements supérieurs, pour obtenir des ressources supplémentaires, ne suffisent pas à protéger les locataires dont les logements nécessitent des travaux majeurs.

Selon le FRAPRU, pour protéger adéquatement les plus vulnérables des effets pervers de ce type d’intervention, la Ville doit adapter et bonifier son programme AccèsLogis pour faciliter l’acquisition d’immeubles dégradés, leur rénovation et leur transfert à des coopératives ou des OBNL d’habitation.  Il demande également à la Ville de joindre sa voix à la sienne pour réclamer des investissements autrement plus ambitieux de la part des gouvernements supérieurs dans le développement de tels projets de logement sociaux.

 

Le plan d’action est disponible en ligne.

– 30 –

Pour plus d’informations :
Véronique Laflamme, FRAPRU (cellulaire : 418 956-3403)
Marie-José Corriveau, FRAPRU (cellulaire : 514 708-1050; travail : 514 522-1010)
www.frapru.qc.ca

Le FRAPRU obtient l’appui de 500 organisations pour sa marche de 500 km entre Ottawa et Québec

Québec, le 1er juin 2018 – Plus de 150 personnes ont parcouru à pied (ou en roulant) cet après-midi les 6 km séparant l’Université Laval de l’Assemblée nationale, une avant-première de la grande marche pour le droit au logement que le Front d’action populaire en réaménagement urbain organise en septembre prochain, entre Ottawa et Québec. Réunis pour le 38e Congrès du FRAPRU, les marcheuses et les marcheurs proviennent de différentes régions étaient accompagnées de personnes alliées de la capitale

Le FRAPRU et ses groupes membres demandent aux deux paliers de gouvernement d’assumer pleinement leurs responsabilités face aux graves dénis du droit au logement qui perdurent. Selon Statistique Canada, pas moins de 244 120 ménages locataires du Québec ont des besoins impérieux de logement et vivent dans un logement trop cher, trop petit ou en mauvais état. Dans la région de la Capitale-nationale, 20 015 ménages locataires sont dans cette situation. Lire la suite »

Étude des crédits budgétaires en habitation: Moins du tiers des logements sociaux budgetés se réalisent

Québec, le 24 avril 2018 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est scandalisé du faible nombre de logements sociaux réalisé l’an dernier au Québec et de l’écart majeur entre les annonces budgétaires et la réalité. L’étude des crédits budgétaires du Ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire tenue cet après-midi révèle que seulement 693 unités de logement social (coopératives, OSBL d’habitation ou logements publics) ont été réalisées entre le 1er avril 2017 et le 28 février 2018, alors que le budget 2017-2018 annonçait le financement de 3000 de ces logements. Le type de ménages les plus pénalisés sont les familles et les personnes aînées en perte d’autonomie. Lire la suite »

Fluo et musique disco pour le droit au logement: Les comités logement de Montréal se mettent en forme pour la grande marche du FRAPRU

Montréal, le 19 avril 2018 – Une cinquantaine de militantes et de militants pour le droit au logement, membres des comités logement montréalais du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), se sont rassemblés ce matin, au coin des rues Sainte-Catherine et Berri, pour se mettre en forme. Ce rassemblement sportif se tient en prévision de la grande marche de 500 km organisée par le regroupement, qui reliera Ottawa et Québec, en septembre prochain. Lire la suite »

Début de la mobilisation à Québec en vue d’une marche de 500 km pour le droit au logement

Québec, le 19 avril 2018 – Les groupes membres du FRAPRU à Québec lancent aujourd’hui la mobilisation dans leurs quartiers respectifs en vue d’une marche de 500 km, organisée par le regroupement, à laquelle ils prendront part en septembre. Sous la bannière « De villes en villages pour le droit au logement », des marcheurs et marcheuses partiront d’Ottawa le 2 septembre 2018 et arriveront à Québec, où se tiendra une grande manifestation de clôture, le 29 septembre.

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, le Comité des citoyennes et citoyens du quartier Saint-Sauveur (CCCQSS) et le Comité logement d’aide aux locataires du secteur ouest de la Capitale (CLAL) participeront à la grande marche de septembre qui s’arrêtera dans 28 villes et villages du Québec, en alternant sur les deux rives du fleuve pour se conclure dans la Capitale. Les trois groupes tiennent aujourd’hui des activités locales de visibilité et de mobilisation. Ce matin, dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, auront lieu diverses actions de visibilité ainsi que du tractage sur la grande marche. Cet après-midi, une activité de redécoration urbaine se tiendra dans le quartier Saint-Sauveur. Ce soir, un atelier de mobilisation et un lancement local prendra place à Sainte-Foy.  Diverses autres activités de mobilisation auront lieu dans les prochaines semaines. Une marche régionale de 6 km reliant l’Université Laval à l’Assemblée nationale se tiendra notamment le 1er juin sous le thème « De quartiers en quartiers pour le droit au logement » et des lancements locaux auront lieu le 3 mai dans les quartiers Saint-Sauveur et Saint-Jean-Baptiste. Lire la suite »

Le FRAPRU et le RCLALQ dénoncent la spéculation immobilière à Montréal



Montréal, le 28 mars 2018 – Alors que se tient le Sommet immobilier de Montréal, près d’une trentaine de militantes et de militants occupent le hall d’accueil du 5e étage du Palais des congrès. Cette action, organisée par les groupes montréalais du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) et du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), vise à dénoncer le rôle des promoteurs immobiliers dans le déni du droit au logement de trop de ménages montréalais. Lire la suite »

Aide au logement et lutte à la pauvreté: Leitão aurait pu faire beaucoup mieux!

Montréal, le 27 mars 2018 – Même s’il se réjouit que le ministre des Finances, Carlos Leitão, n’ait pas attendu d’avoir terminé la refonte du programme AccèsLogis pour annoncer une nouvelle programmation de 3000 logements sociaux, le FRAPRU reste déçu de son cinquième budget. Selon le regroupement, pour améliorer « la qualité de vie de tous les Québécois », le ministre aurait dû profiter des surplus de 850 millions $ et des fonds annoncés par Ottawa dans sa Stratégie sur le logement pour augmenter significativement ses objectifs de développement du logement social, plutôt que de les maintenir au niveau actuel.

Tout en appréciant que les investissements consacrés à la réalisation de ces 3000 logements passent de 255 à 273 millions $, le FRAPRU craint toutefois que cela ne suffise pas. Lire la suite »

Dernier budget Leitão avant les élections générales: Les astres sont alignés pour qu’AccèsLogis soit bonifié, affirme le FRAPRU

Montréal, le 23 mars 2018 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) espère que le budget que présentera le ministre des Finances, Carlos Leitão, le 27 mars prochain, confirmera non seulement l’amélioration du programme AccèsLogis, promise depuis des mois, mais annoncera également une bonification ambitieuse de ses objectifs de développement de logements sociaux au Québec. Lire la suite »

Le harcèlement et les violences sexuelles vécus par les femmes locataires dans leur logement doivent cesser !

Crédit photo: Centre d’éducation et d’action des femmes

Mélanie a été agressée sexuellement par son propriétaire, chez elle, après que celui-ci l’ait droguée ; Rigorta, par son concierge, suite à des menaces et des gestes violents; Nathalie, par son propriétaire, après des mois de harcèlement, de commentaires sexistes, de regards et de gestes déplacés. Quand cette dernière est allée voir la police, elle n’a pas été prise au sérieux.

Les femmes victimes de leur propriétaire, co-chambreur, concierge ou gestionnaire d’immeuble sont le plus souvent en situation de vulnérabilité et de précarité. Lire la suite »