Publications

Alors que les plus récentes données sur le logement locatif publiées par la SCHL démontrent que la situation déjà précaire de milliers de ménages locataires risque de se détériorer, les principaux regroupements communautaires québécois impliqués dans le développement du logement social et communautaire ainsi que dans la lutte à l'itinérance ont de grandes attentes envers le 4ème budget du ministre des Finances, Eric Girard, qui sera finalement déposé le 22 mars.
Même si le Rapport sur le marché locatif de l’automne 2021, publié ce matin par la SCHL, montre une légère augmentation des taux de logements inoccupés dans la région métropolitaine de Montréal, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) constate que la pénurie de logements locatifs s’aggrave dans les autres régions métropolitaines du Québec, en particulier à Sherbrooke (0,9 %), Trois-Rivières (0,9), Gatineau (1,1 %) et Saguenay (1,7 %), ainsi que dans la presque totalité des centres urbains du Québec.
À quelques semaines du dernier budget de la CAQ avant les élections, les groupes membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) à Québec et plusieurs membres de groupes alliés se sont rassemblés devant le ministère des Finances ce matin, pour exiger des investissements majeurs dans le logement social.
Alors que les histoires dramatiques de locataires malmenés par le marché continuent de s’accumuler et que les voix se multiplient pour réclamer un réinvestissement majeur dans le logement social, le FRAPRU a interpellé directement le premier ministre cet après-midi, à l’occasion d’une manifestation qui s’est terminée devant ses bureaux montréalais.
Alors que le Tribunal administratif du logement (TAL) publie ses « pourcentages applicables pour le calcul des augmentations de loyer » pour 2022, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est alarmé par l’importance de l’inflation et s’inquiète des conséquences de la hausse fulgurante du coût des loyers au Québec particulièrement ménages locataires les plus vulnérables.
Dans ce qui semble être une tentative de calmer le jeu au lendemain d’élections municipales où l’enjeu du logement s’est largement imposé comme une priorité, et alors que la pression monte de toutes parts pour exiger un réinvestissement majeur en logement social et communautaire, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a publié un communiqué pour « confirmer ses priorités » pour l'utilisation des sommes qui découlent de l'Entente Canada-Québec sur le logement.