Communiqués

Le FRAPRU affiche ses demandes budgétaires: Le logement social doit être une priorité du prochain budget

Avis aux médias

Montréal, le 22 janvier 2021 – Alors que le gouvernement du Québec prépare son prochain budget, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) lance une nouvelle opération de visibilité pour attirer l’attention sur les besoins urgents de logements sociaux, particulièrement en période de pandémie.

Lire la suite »

Publication des «indices» du Tribunal administratif du logement: Le FRAPRU invite les locataires à la vigilance face aux hausses de loyer et demande au gouvernement Legault de mieux les protéger

Montréal et Québec, le 20 janvier 2021 – Alors que la Régie du logement publie ses « pourcentages applicables pour le calcul des augmentations de loyer » pour 2021, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’inquiète de la généralisation des hausses importantes de loyer au Québec, des conséquences de ces hausses et du sort des ménages locataires les plus vulnérables.

Lire la suite »

Le FRAPRU demande à la ministre Andrée Laforest de défendre le logement social en vue du prochain budget

Montréal, le 13 novembre 2020 – Alors que les besoins de logements sociaux sont actuellement criants, le FRAPRU est déçu que Québec n’ait pas ajouté d’investissements, ni annoncé l’utilisation des sommes obtenues du fédéral dans sa mise à jour économique d’hier. « C’était le minimum espéré », souligne sa porte-parole, Véronique Laflamme. Au terme d’une semaine d’actions au cours de laquelle des affiches surdimensionnées rappelant l’urgence d’investir dans le logement social ont été installées dans plusieurs ville par des membres du FRAPRU, les porte-parole des 3 partis d’opposition se verront confier dans les prochains jours un message à remettre en main propre à la ministre Andrée Laforest. Cela a été fait cet après-midi, pour Andres Fontecilla, de Québec solidaire, à l’occasion d’un rassemblement organisé par l’Association des locataires de Villeray sur le site de l’ancien Hôpital Chinois, un site réservé à un projet de logement social qui ne pourra pas voir le jour sans nouveaux investissements du gouvernement québécois. Lundi, le Comité logement Rimouski fera de même pour Harold Lebel, du Parti québécois, à Rimouski, et le Comité logement Rive-Sud pour Marie-Claude Nichols, du Parti libéral du Québec, à Vaudreuil-Dorion.

Rappelant que la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, affirmait encore récemment que l’habitation est une priorité pour son gouvernement, le regroupement pour le droit au logement souhaitait un signal clair en faveur du développement du logement social dans la mise à jour économique, puisque les retombées de la construction de logement sociaux dans l’économie locale sont connues.

Lire la suite »

Mise à jour économique du gouvernement Legault: Le FRAPRU affiche l’urgence de financer le logement social

Montréal, le 8 novembre 2020 – D’ici à la mise à jour économique de jeudi, les membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) rappelleront au gouvernement Legault l’urgence de financer la construction de nouveaux logements sociaux. Pour ce faire, ils installeront une quarantaine d’affiches surdimensionnées dans plusieurs quartiers de Montréal, ainsi qu’à Québec, Sherbrooke, Gatineau, Châteauguay, Longueuil, Saint-Constant, Beauharnois et Rouyn-Noranda. Une première affiche a été installée au centre-ville de Montréal, ce matin.

Lire la suite »

Pour une métropole inclusive : Montréal doit être plus ambitieuse en matière de logement social

Montréal, le 5 novembre 2020 – Si le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est satisfait que l’administration Plante aille de l’avant avec son règlement d’inclusion, il se désole que celui-ci ne se dote pas d’objectifs plus ambitieux, pour répondre aux besoins criants des ménages locataires mal-logés de la métropole. Par la même occasion, il rappelle à Québec ses responsabilités en matière de financement.  

Alors que Montréal connaît sa pire pénurie de logements depuis 15 ans et que la pandémie a aggravé le sort des locataires les plus précaires, le FRAPRU est déçu que la Ville de Montréal n’ait pas revu à la hausse le pourcentage de logements sociaux prévus en inclusion. « Alors que la spéculation fait rage, que les « rénovictions » sont devenues monnaies courantes et que l’explosion des prix des logements, jumelée à leur rareté, rend difficile, voire impossible, de trouver un logement décent, 20 % d’inclusion de logements sociaux, c’est vraiment trop peu ! », déplore Catherine Lussier, responsable des dossiers montréalais au FRAPRU. Depuis le 1er juillet, 803 ménages locataires ont craint de se retrouver sans logis et ont demandé de l’aide à l’Office municipal d’habitation de Montréal, comparativement à 354 en 2019. Quatre mois plus tard, 21 sont toujours sans logis. « On le voit bien, les campements de personnes sans logis se multiplient à Montréal, les ménages sont affaiblis par la Covid-19 et le mal-logement ne fait que s’accentuer, ça prend des objectifs à la hauteur des besoins », insiste madame Lussier.

Selon le FRAPRU, si l’administration Plante a revu ses calculs suite au rapport de l’Office de consultation public de Montréal (OCPM), ce qu’elle propose n’est toujours pas abordable pour les ménages à modeste et faible revenus. « Pour prétendre développer du logement abordable, il faudrait au moins se baser sur les revenus des ménages pour en définir le coût, ce qui n’est toujours pas le cas », déplore Madame Lussier. Selon le FRAPRU, la Ville devrait abandonner le logement abordable au profit du logement social. « En étant hors marché privé, le logement social est la formule la plus complète, permanente et adaptée pour répondre aux crises du logement qui sévissent à Montréal », explique la porte-parole. Alors que plus de 23 000 ménages sont actuellement en attente d’un HLM à Montréal, elle ajoute que « pour répondre aux besoins les plus urgents, la Ville doit viser au minimum le développement de 22 500 logements sociaux sur 5 ans et se donner les moyens pour ce faire ».

Comme l’administration Plante, le FRAPRU est d’avis que la Ville doit se doter d’autres moyens pour développer du logement social. Dans un contexte de spéculation immobilière effrénée, pour assurer l’accessibilité des ménages à un logement qui correspond à leur capacité de payer, la Ville doit poursuivre l’acquisition d’un maximum de sites afin de les mettre à l’abri de la spéculation pour y construire 100% de logements sociaux et d’équipements communautaires. Les terrains déjà publics doivent également être réservés à cette fin.

Pour conclure, le FRAPRU revendique que le gouvernement Legault finance le logement social à la hauteur des besoins. « La Ville pourra bien mettre en place des plans plus ambitieux les uns que les autres, elle ne pourra assumer ses responsabilités sans le financement adéquat de Québec. Le gouvernement Legault ne peut plus ignorer les besoins des ménages locataires mal-logés et doit donner à la métropole les moyens d’être ambitieuse », exprime Catherine Lussier. Le FRAPRU lui demande de profiter de la mise à jour économique de jeudi pour annoncer de nouveaux investissements dans AccèsLogis et de prévoir dès le prochain budget un grand chantier de 50 000 logements sociaux en 5 ans.

– 30 –

Informations et demandes d’entrevues :

Catherine Lussier, responsable des dossiers montréalais du FRAPRU : (514) 231-2309

Entente fédérale-provinciale sur le logement : le FRAPRU déçu, mais pas surpris

Montréal, le 6 octobre 2020 – Même s’il se réjouit que l’Entente entre Québec et Ottawa sur le logement soit enfin officialisée , le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est déçu par l’insuffisance des sommes annoncées ce matin.  « Les sommes actuellement prévues par Ottawa dans la Stratégie nationale sur le logement sont insuffisantes et ça transparait dans l’entente fédérale-provinciale, d’autant plus qu’une part importante était déjà prévue », souligne Véronique Laflamme, la porte-parole du FRAPRU.

Lire la suite »

Annonce officielle de l’entente fédérale-provinciale sur le logement : les attentes sont grandes

Montréal, le 5 octobre 2020 – Alors que la Journée mondiale sur l’Habitat est soulignée à travers le monde, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) se réjouit que l’Entente entre Québec et Ottawa sur le logement soit enfin officialisée. Le regroupement réagira au dévoilement des détails de l’entente.

Le FRAPRU s’attend à ce que, comme la ministre André Laforest l’a promis il y a quelques semaines en Commission parlementaire, l’entièreté des sommes serve au logement social. Alors qu’une grave crise du logement touche des centaines de milliers de locataires du Québec, le regroupement espère que ce sera le signal de départ du grand chantier de nouveaux logements sociaux qu’il presse le gouvernement Legault de mettre en branle. Il rappelle cependant que les sommes nécessaires à l’entretien des HLM déjà construits, dont les besoins de rénovation sont nombreux, devraient aussi découler de cette entente. Le fédéral met actuellement fin aux subventions qu’il versait pour les locataires des logements sociaux construits ou annoncés avant 1994, au fur et à mesure que les conventions avec les provinces, les coopératives et les organismes sans but lucratif d’habitation prennent fin.

Le FRAPRU souligne d’ores et déjà  que cette entente qui porte sur les sommes dédiées à la province, sur une période de 10 ans, dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement ne règlera pas à elle seule la crise du logement. « Dès l’annonce de la stratégie fédérale il y a 3 ans, nous avons dit que les sommes prévues étaient insuffisantes pour réparer les torts causés par le retrait du fédéral de 1994, qui a privé le Québec de 80 000 nouveaux logements sociaux. Nous espérons que la promesse de bonifier cette stratégie exprimée par le gouvernement Trudeau lors du Discours du Trône se traduira par des investissements supplémentaires dans le logement social, le seul qui n’alimente pas la spéculation immobilière », rappelle Véronique Laflamme, la porte-parole du FRAPRU.

La porte-parole du FRAPRU sera disponible pour des entrevues suite à l’annonce.

-30-

Informations et demandes d’entrevues :

Véronique Laflamme, porte-parole du FRAPRU, cellulaire : 418 956-3403

@FRAPRU

Journée mondiale de l’habitat 2020: La pandémie expose la gravité de la crise du logement au Québec

La pandémie a aggravé le sort des personnes mal-logées les plus pauvres et mis en lumière les liens étroits et indissociables entre santé et droit au logement. La Journée mondiale de l’Habitat décrétée par l’ONU vise à rappeler le droit fondamental de tous et de toutes à un logement adéquat, que le Québec et le Canada se sont engagés à mettre en œuvre progressivement.  Alors que les prochaines vagues de la pandémie pourraient aggraver le sort des personnes mal-logées, il est temps que les gouvernements en fassent une priorité.

Lire la suite »

Discours du Trône : le FRAPRU espère une réorientation claire en faveur du logement social

Montréal, le 22 septembre 2020 – À la veille du discours du Trône, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) espère un signal fort de l’importance accordée par le gouvernement Trudeau à la crise du logement qui sévit au Québec et à travers le Canada. La pandémie ayant aggravé la crise du logement, il surveillera attentivement le message livré par la Gouverneure générale, espérant que de nouveaux investissements fédéraux dans le logement social y seront annoncés et que ceux-ci seront suffisants pour répondre à toute l’ampleur et la diversité des besoins en matière de logement.

Alors que le gouvernement Trudeau pourrait y confirmer sa volonté de renforcer le filet social le filet social, le FRAPRU rappelle que le retrait d’Ottawa dans le domaine du logement social en 1994 a sérieusement affaibli celui-ci, en privant la population canadienne de centaines de milliers de logements sociaux, dont 80 000 au Québec. Le regroupement pour le droit au logement espère que le discours du Trône annoncera une réorientation de la Stratégie nationale sur le logement en faveur du logement social et une augmentation significative des investissements dans ce secteur, afin d’atténuer les effets de la crise du logement et venir en aide aux ménages ayant des besoins impérieux de logement.

Lire la suite »

Entente fédérale-provinciale sur le logement : une bonne nouvelle qui devra être suivie rapidement d’investissements dans le logement social

Montréal, le 17 septembre 2020 – Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) accueille avec soulagement l’annonce d’une entente enfin conclue entre Québec et Ottawa sur les sommes dédiées à la province dans le cadre de la Stratégie nationale sur le logement. Alors qu’une grave crise du logement touche des centaines de milliers de locataires du Québec, le regroupement espère que ce sera le signal de départ du grand chantier de 50 000 nouveaux logements sociaux qu’il presse le gouvernement Legault de mettre en branle.

Lire la suite »